AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 


 Is this happiness ? (Destagger)
under his eye

 :: Aberdeen :: Quartier Rouge :: Résidence Stagger

may the lord open

avatar

( pseudo ) : dakini
( célébrité ) : Courtney Eaton
( arrivée à Aberdeen ) : 13/10/2018
( messages ) : 32
( tickets ) : 45
( patronyme ) : Frey Lefebvre
( âge du personnage ) : 21 ans
( emploi ) : martha
( localisation ) : maison Stagger


Is this happiness ? (Destagger)
par Auteur le Jeu 1 Nov - 23:20

( Is this happiness ? )
Where have you been?
Where did you go?
Those summer nights seem long ago
And so is the girl you used to call
The queen of New York City


« Vous avez demandé à me voir, monsieur ? »

Frey avait pris l'habitude de mentalement remplacer les polis "monsieur" et "madame" par des insultes. On ne peut pas les écrire, protégeons les yeux de nos lecteurs, mais pensez-y quand vous la lisez.

”Martha faites vos valises. Vous partez demain à la première heure pour Aberdeen."

Ha oui comme ça, du jour au lendemain ? Selon son bon vouloir ? Mais quel crétin ! Le commandant l'appelait « Martha » car il ne voulait pas utiliser son véritable prénom inspiré par une divinité païenne d'un peuple barbare et sanglant. Débile. Ce n'était pas comme si en prononçant son nom, une troupe de vikings allaient débarquer pour tout ravager. Sinon elle l'aurait déjà fait. Et puis elle l’aimait bien son prénom. Elle avait mis un peu de temps à se faire à l’idée qu’elle avait un prénom d’un dieu mais cela aurait pu être bien pire. Elle aurait pu s’appeler Hercules. Aberdeen donc. La maison mère ? La ville qui sert de modèle à toutes les autres ? Elle pourrait presque en être honorée. Mais elle s'en moquait.

« Bien, commandant. » répondit-elle avec indifférence en songeant très fort « Bien, c***. » Bref une insulte. Vous avez saisi ? S’il espérait qu’elle lui pose des questions ou même qu’elle demande à rester, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Ho elle aimerait bien qu’il le fasse en vrai, au sens propre pas au figuré.

Elle fit donc ses affaires sans demander son reste. Le motif de sa mutation ne l'intéressait pas. Peut-être avait-elle cassé trop de plats et brûlé trop de repas ? Peut-être que plus personne ne supportait son infecte café et que l'on ne pouvait plus souffrir de brûlures d'estomac ? Il ne fallait pas lui demander de faire du café, elle le détestait jusqu'à l'odeur. Et puis s'ils avaient mal au ventre c'était bien fait pour eux, les sales tordus. La valise fit vite prête. Ce n'était pas comme si elle avait beaucoup d'affaires, deux tenues par saison tout au plus. Pas de livres ou d'ordinateur comme autrefois. Elle emmenait toujours des tonnes de livres quand elle partait. Mais ça c'était avant la fin du monde.

« Hé bien au revoir Martha. Sous son œil. »

Ouais ouais c'est ça.

***

Combien de temps dura le trajet ? Aucune idée. Elle dormit la grande majeure partie du temps. Elle dormait souvent en voiture. Une habitude qu’elle avait pris pour ne pas subir son léger mal des transports. Le chauffeur lui annonça qu'ils étaient arrivés quand elle émergea de son sommeil. Bienvenue à Utopia City où toutes les femmes sont ravies de se faire exploiter !

« Quel est cet endroit ? »

« Vous êtes dans le quartier rouge. »

Ah parce que les quartiers ont des noms de couleurs ici. Original.

« Et on y fait quoi dans le quartier rouge ? »

« C'est le quartier des Stagger et des servantes. »

Le fameux centre rouge bien sûr. Elle aurait dû s’en douter. Le pire quartier en somme. Génial ! Elle allait travailler pour la famille la plus insupportable et exécrable de la ville. Les esclavagistes. La maison était belle mais elle avait quelque chose de dérangeant. Trop propre. Trop lisse. Comme s'ils voulaient compenser quelque chose. Leur esprit tordu peut-être ? Tout en serrant les dents elle prit sa valise et se dirigea vers la maison. Toute la maisonnée l'attendait pour faire les présentations. On allait essayer de faire bonne figure, d’accord ? Histoire de ne pas se mettre tout le monde à dos le premier jour. Ça viendrait suffisamment vite. D'abord le Commandant, Madame son épouse, la servante et... elle n'écoute pas la suite. Elle resta bloquée sur le visage de la servante. Destagger. Mais non ce n'était pas ça ce n'était pas son nom, elle s'appelait JoY Meera et c'était une grande star. C’était impossible ! Pas elle ! Elle ne pouvait pas être réduite à cela ! Comment osaient-ils ? Elle était furieuse et elle avait bien du mal à le cacher. On lui fit une brève visite de la bâtisse, mais honnêtement elle n'écoutait rien. Elle ne pensait qu'à Joy. Il fallait qu'elle la voit. Trouver un prétexte. Elle allait lui apporter une collation dans sa chambre. La Martha en chef – Camila ? - ne paru pas apprécier son idée, mais elle était déjà partie. Elle toqua et ouvrit la porte. Tout doucement elle murmura une réplique culte de son idole.

« Je ne pensais pas vous revoir un jour et encore moins dans un endroit pareil. »

Se souvenait-elle d'elle ? De ce moment incroyable où elle avait rencontré cette star qu'elle adorait ? Ses parents lui avaient fait un magnifique cadeau d’anniversaire en lui offrant une place en avant-première à son spectacle. Elle était toute émue et tremblante quand elle était allée à sa loge à la sortie des artistes pour lui demander un autographe. Elle était si belle, si éblouissante, si talentueuse. Et maintenant tout son talent était réduit à néant, écrasé, broyé. Ils ne voyaient en elle qu’un ventre à fertiliser alors qu’elle était tant de choses !

« J’ai toujours espéré que dans ce monde devenu fou, vous aviez réussi à fuir. »



( Pando )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t215-frey-dum-spiro-spero

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ready
( célébrité ) : dasha sidorchuk
( arrivée à Aberdeen ) : 29/09/2018
( messages ) : 180
( tickets ) : 296
( patronyme ) : Joy Meára
( âge du personnage ) : 25 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la maison des Stagger


Is this happiness ? (Destagger)
par Auteur le Ven 2 Nov - 13:21
Une nouvelle Martha… Ah… Pauvre Camila, je la plains, elle va devoir se farcir une grenouille en plus dans les pattes. Même si je suis contente aussi d’espérer que cela pourrait alléger sa charge de travail. Rien qu’un peu. Quoi que, dans cette ****** de baraque… Avec toutes ces filles… Ah… Enfin bon, un nouveau visage ne peut que faire du bien. Je descends sagement lorsqu’on me le demande et me poste à ma place, soumise et humble. Je lève uniquement la tête lorsque… Frey. Bordel de Gros mots c’est Frey ! Tu as bonne mémoire. Tu l’avais vu qu’une fois. On oublie pas ce visage d’ange qui te regarde comme-ci tu étais la huitième merveille du monde alors que n’importe qui peut faire ton boulot. Mmh… C’est vrai qu’elle était chou la gosse. Elle est plus jeune ? Me semble. Merde, ils l’ont eu elle aussi. Au moins, elle est vivante. J’ai une nouvelle alliée.

Je monte rapidement dans ma chambre, je n’ai rien à faire, même pas de course. Elle m’a reconnu ? Ou pas. J’en sais rien. Sûrement. Regard ? Oui. Merde ! Merde ! Que faire ? J’ôte mon bonnet et détache mes cheveux dans un geste brusque, tirant sur mes mèches. Je me souviens bien de cette soirée, une avant-première. Maxwell… Frey. Une soirée particulièrement intense, je me souviens que le lendemain en débriefing on avait regardé la captation qu’on faisait nous-mêmes de la pièce. On avait été content, mais on avait aussi vu tout nos défauts. Ces moments sont… perdus. Pas pour toujours. Je me jure que j’arriverais à les retrouver. Quitte à en mourir. Je remonte à nouveau mes cheveux sous mon bonnet blanc. Pauvre gosse. Je sursaute en l’entendant frapper, perdue dans mes pensées, j’ai oublié où je suis. Ma réplique… J’ai la suite sur le bout de ma langue, je me tais l’observant. Fragment de mon ancienne vie.

« Je ne pensais pas non plus te revoir Frey. Et crois moi, je suis la première surprise de ma situation. »

Je lui souris et lui prends délicatement le plateau des mains pour le poser dans un coin. Je me souviens de sa venue dans sa loge. On avait discuté un peu puis Maxwell était venu réclamer ma présence pour notre après pièce de théâtre. Et notre partie de jambe en l’air. J’avale péniblement ma salive avant de secouer doucement la tête.

« Avec Jayce et Clarissa, on aurait aimé… Ils n’ont pas réussi non plus, mais je sais qu’ils ne seront jamais aux colonies. C’est le problème quand ta gueule s’affiche parfois dans les journaux et que tu dis que tu as donné un ovule viable. Quoi que regarde, le rouge ne me va pas si mal. Ne me vouvoie pas s’il te plaît. Je te l’avais déjà dit il me semble, non ? »

J’ai un sourire et observe avec attention Frey. Freya. J’ai presque envie de rire. Je fais un tour sur moi-même pour me faire « admirer » dans mon nouveau costume. J’observe le couloir vide, il n’y a personne à cette heure-là. C’est tant mieux. Je me demande si elle se souvient de Jayce et Clarissa. Sans doute pas, ils étaient discrets. Je hausse les épaules.

« Tu es sous son œil depuis longtemps ? »

Restons tout de même discrètes. Pas envie de me faire couper en morceaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : dakini
( célébrité ) : Courtney Eaton
( arrivée à Aberdeen ) : 13/10/2018
( messages ) : 32
( tickets ) : 45
( patronyme ) : Frey Lefebvre
( âge du personnage ) : 21 ans
( emploi ) : martha
( localisation ) : maison Stagger


Is this happiness ? (Destagger)
par Auteur le Dim 11 Nov - 15:31

( Is this happiness ? )
But if you send for me, you know I'll come
And if you call for me, you know I'll run
I'll run to you, I'll run to you
I'll run, run, run
I'll come to you, I'll come to you
I'll come, come, come

Bien entendu, Joy était tout aussi surprise qu'elle. Aucune n'aurait pu prédire qu'elles se rencontreraient de nouveau, encore moins dans des circonstances aussi insensées. L'actrice renommée devenu une servante et la naïve lycéenne une martha. Impensable changement de situation. Frey pourrait en pleurer si elle n'avait pas déjà versé toutes les larmes qu'elle pouvait quand ils lui avaient tout pris et arraché à ses parents. Elle ne pouvait plus pleurer désormais. Ses yeux demeureraient secs. Parce qu'il n'y avait plus de place pour la tristesse dans son cœur. Quelque chose avait pris le dessus, plus fort, plus violent, plus corrosif. Un jour prochain il n'y aurait plus qu'un vide dans sa poitrine.
Pour son anniversaire ses parents lui avaient fait une surprise. Elle était descendue comme tous les matins pour prendre son petit-déjeuner. La table était joliment décorée et à côté de son verre de jus de fruits se trouvait une enveloppe. Dans cette enveloppe, une place pour le spectacle de son idole en avant-première. Si elle devait faire un classement, ce serait son meilleur cadeau et de loin son préféré. Elle avait sauté partout comme un kangourou. Avec sa mère elle était allée faire du shopping pour acheter une nouvelle robe très chic pour le jour J.

C'était comme un rêve, un conte de fées. Elle était Cendrillon qui se rendait au bal mais au lieu de rencontrer le prince elle allait rencontrer la plus merveilleuse des actrices. Et c'était mille fois mieux que de rencontrer un prince. Joy était fabuleuse. Sur scène elle irradiait et cela n'avait rien à voir avec son maquillage ou la lumière des projecteurs. Elle dégageait une aura éblouissante. Cela se voyait en vidéo mais en chair et en os, c'était encore plus saisissant. De la pure beauté. Elle en avait été émue jusqu'aux larmes. Alors ne parlons même pas du moment où Frey put venir dans sa loge. Elle se sentait comme un minuscule petit lutin, serrant son bouquet de fleurs contre elle, prêt à rencontrer la reine des fées. Une reine oui. Par son talent et par sa grâce. Aussi bienveillante qu'une souveraine, Joy avait accepté son bouquet et avait pris le temps de discuter avec elle. Une soirée idyllique. Un souvenir parfait qui resterait gravé dans sa mémoire pour toujours et à jamais. Rien ne l'effacerait. Rien ne pourrait l'altérer. Non. Et surtout pas eux avec leur bourrage de crâne, leur lavage de cerveaux. Elle savait ce qu'elle avait vécu et ce n'était pas un péché, ce n'était pas une erreur, ce n'était pas une illusion d'un monde superficiel. C'était la réalité et c'était beau.

Quand le monde a basculé, Frey n'a pas pu s'échapper. Ses parents ont pu mais pas elle. Dans ce qui lui servait de lit et elle imaginait toutes les personnes qu'elle aimait saines et sauvés, loin et à l'abri. Avec ses amis Joy aussi avait tenté de fuir. Ils n'avaient pas réussi. Elle disait savoir qu’ils n’étaient pas dans les colonies et Frey espéra de tout cœur qu'elle avait raison. Quelle force d'esprit ! Quel mental d'acier ! Elle avait encore le sens de l'humour.

« La vraie beauté se marie avec toutes les couleurs. Oui vous… tu me l'avais dit. J’essaierai. »

Combien de temps sous Son œil ? Sous Son œil le vrai, le véritable, depuis sa naissance. Mais sous leur œil, cette police secrète, cette Gestapo, cette Stasi...

« Depuis trop longtemps. Je n'ai même pas obtenu mon diplôme de lycée. »

Tous ses rêves s'étaient brisés ce jour-là. Pas de diplôme. Pas de bal de promo. Pas d'études à Princeton. Pas d'avenir. Rien que la servitude sans aucune distraction. Interdiction de lire ou d'écrire. Tous ceux qu'elle aimait en fait ! Ils voulaient garder les femmes ignorantes, les empêcher de réfléchir et penser par elles-mêmes. Ho mais ils pouvaient les utiliser comme des objets, les réduire au statut d'animal, il y aura une révolte ! Cela n'avait peut-être pas encore eu lieu dans leur ville dystopique mais cela viendra. Trop de personnes opprimées pour que le silence règne. Tôt ou tard tout allait voler en éclats. Et le plus tôt serait le mieux. Elle voulait être présente pour tous les voir payer pour leurs crimes immondes.

« Si je peux faire quelque chose. Quoique ce soit. N'importe quoi ! »

Le moindre réconfort sera apprécié en attendant le retour de bâton, le moment où tout et tous se retourneront contre eux. Les maudits commandants.


( Pando )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t215-frey-dum-spiro-spero

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ready
( célébrité ) : dasha sidorchuk
( arrivée à Aberdeen ) : 29/09/2018
( messages ) : 180
( tickets ) : 296
( patronyme ) : Joy Meára
( âge du personnage ) : 25 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la maison des Stagger


Is this happiness ? (Destagger)
par Auteur le Lun 12 Nov - 9:31
La scène me manque... Pas le fait d'être observé par des gens, pas le fait de briller et d'être une star, non. Le fait de raconter des histoire par son corps, d'être autre chose que soit-même. J'ai beau me dire que ce n'est qu'un rôle plus long que les autres, le costume de servante me colle à la peau et j'ai peur de le voir devenir véritablement moi. Alors je me bats tout les jours pour être moi, me rappeler qui je suis, me souvenir du goût, de l'odeur, de la texture, du son et de la vision de l'ancien monde... C'est quelque chose de vitale, et Frey est là pour me rappeler que j'ai bien existé comme Joy sur scène en temps que comédienne que je brillais, que j'étais libre. Je me souviens avoir gardé pendant très longtemps ses fleurs. En réalité jusqu'à ce qu'elles tombent en miettes et en poussières. ce n'était pas que le bouquet était le plus beau, mais cette petite fille, à peine plus jeune que moi m'avait beaucoup touché.

Je souris et hausse les épaules. Je ne sais pas si je suis belle, mais j'imagine qu'avoir assez de confiance en soi est une marque de beauté aujourd'hui Si elle savait pour ton enfance. Peut-être qu'elle le sait, ce n'est pas quelque chose dont je me suis cachée aux journaux. De mémoire tout un magasine était consacrée à moi à un moment La star ! Tu parles ! Le journaliste était un gros lourd ! Et dans ce numéro spéciale rouquine, j'avais parlé de mon passé... Est-ce que Frey l'avait lu ? Si non, est-ce qu'elle aurait la même opinion sur moi ? Peut-être que non... Je porte la poisse. Je hoche la tête. Pratiquement depuis le début donc ? Merde, même pas son diplôme. Elle n'a même pas put se tailler au Canada. La pauvre. J'ai eu quelque part de la chance, cela doit faire quelques mois, un an tout au plus que je suis là sous ce régime. Non je considère mes fuites comme de la liberté. Je souris à Frey et me laisse tomber sur mon lit. A voix très basse je lui souffle

" Si tu peux nous renvoyer dans le passé... Je suis preneuse. Sinon, j'ai parfois du mal à faire tenir cette crinière en place... Je me dois d'avoir une coiffure impeccable ! Non, sérieusement, reste en vie s'il te plaît, pour l'instant rien que tu sois là va m'aider. Camila sera très contente aussi. Vous vous serez très vite amies"

Une ancienne, pas du tout, fane tout ça. Ca aide pour les discussions à ce qu'il parait. Je n'ai pas envie de lui dire que si elle pouvait m'aider à trancher les couilles du commandant, ça serait très cool ! Quand même. Pour l'instant qu'elle devienne un objet du décors, puis après on verra pour organiser quelques chose. Histoire de montrer qu'on est pas des toutous dociles qui eur lèches la bite en les remerciant. J'observe avec attention Frey, comme la première fois que je l'ai vu. Je la scanne, je la détaille, je l'analyse. Certains n'ont jamais aimé que je fasse ça, Clarissa par exemple. Mais j'ai toujours fait ça, même avec mes amis, ici je fais attention pour qu'on ne me crève pas les yeux. Je reprends

"J'ai gardé ton bouquet jusqu'à ce qu'il tombe en miettes. Maxwell en a beaucoup rit."


Un beau bouquet coloré qui sentait bon. J'aurais aimé en avoir un pareil dans ma chambre à nouveau. Elle est sordide actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
may the lord open




Is this happiness ? (Destagger)
par Auteur le
Revenir en haut Aller en bas
 
Is this happiness ? (Destagger)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abel T. Mc Millan [Their happiness above mine.]
» Jesse - Happiness's only real when shared
» (molly) i didn’t know what to do with that feeling. happiness.
» BLEU DE LYS ♤ hp/paris/beauxbâtons (avis)
» Pursuit of Happiness • Mathis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aberdeen :: Quartier Rouge :: Résidence Stagger-
Sauter vers: