AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 


 Event n°1 ◊ ombres
under his eye

 :: Aberdeen :: Partie évents
Aller à la page : 1, 2  Suivant

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Staff de Praised Be.
( célébrité ) : Inconnu
( arrivée à Aberdeen ) : 21/07/2018
( messages ) : 145
( tickets ) : 255
( patronyme ) : Jacob.
( âge du personnage ) : L'âge de l'univers.
( emploi ) : Diriger le monde
( localisation ) : Partout, nulle part.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Sam 13 Oct - 6:29

les ombres
under his eye


Il n'y a pas beaucoup de drames qui touchent Aberdeen. Depuis sa création, la ville s'est enfermée dans une vie et dans une façon de voir le monde qui l'a protégé de tous ses maux, de tous ses méfaits. Aberdeen était l'îlot perdu d'un univers qui partait à la dérive. Pollution ? Ils n'ont jamais connus, si ce n'est la conséquence des actes des autres. Surpopulation ? Ils régulaient déjà leur population. Les débats de l'alimentation importée ? Ils ne mangent que ce qu'ils produisent et élèvent. Le gaspillage ? Tout est rationné à Aberdeen, on ne peut acheter qu'une portion par personne, différente en fonction du sexe, là encore, pas de souci à ce niveau là. Et alors que le reste du monde s'entretuait pour des richesses - inexistantes à Aberdeen - ou pour des conflits de Religion (elle restant inchangée depuis 1884), la petite ville des Etats-Unis continuait d'avancer.
Pour autant, il ne faut pas croire que tout est beau, que tout est rose et qu'il n'y a jamais eu de difficultés. Les Anciens et les Commandants, porteurs d'un savoir vieux de plusieurs générations, savent qu'il y a eu des difficultés. Des rébellions. Des incompréhensions. Tous savent que si les Gardiens de la Foi sont armés, ce n'est pas simplement pour intimider. Le passé leur a déjà appris à s'en servir, à se protéger. Ils savent également que des malheurs peuvent passer leurs frontières et tenter de modifier le rythme qu'ils ont mis en place ici. Oui, ils le savent. Mais c'est toujours aussi horrible, aussi douloureux et inadmissible quand un drame survient.

Les Servantes.
Ces femmes fabuleuses, à être les dernières en capacité à procréer. Certes, certaines éconofemmes le sont également (heureusement), mais seules les Servantes sont connues pour pouvoir enfanter sans maladie. Sans risque (ou très minime). Alors forcément, quand l'une disparaît, c'est la communauté toute entière qui est touchée, visée, meurtrie. C'était inadmissible lors de la création de la ville, ça l'est toujours aujourd'hui. Impensable de pouvoir perdre l'une d'entre elles. Et pourtant.

Aujourd'hui, dans toute la ville, c'est un jour de Commémoration. Ils vont enterrer ces femmes qui se sont ôtées la vie (même si de nombreuses rumeurs circulent... On les aurait forcé). Les Servantes en vie, en formation ou déjà en poste, sont obligées de se diriger vers le cimetière réservé aux leurs. Toutes de noirs vêtues, un voile noir sur leur visage, la procession commence, encadrée par les Gardiens de la foi, vêtus d'un noir mat, dont seule une cocarde à l'insigne des Servantes, rouge sang, figure sur leur uniforme. Econofemme, Epouses, Marthas, Commandants et homme de la classe moyenne sont tous de noirs vêtus. Un jour triste, un jour douloureux, mais un jour qu'ils veulent marquer comme étant la perte des femmes de leur communauté. Un jour qu'ils veulent ne jamais oublier, car elles ne seront jamais oubliées.



Les Servantes sont en début de procession, encadrées par les tantes. Viennent ensuite le reste du peuple (la classe moyenne tout à la fin).
Les gardiens de la foi patrouillent, encadrent toute la procession.

L'évent prendra place sur trois semaines, avec une réponse du compte fondateur par semaine pour faire avancer le jeu.
A vous de faire preuve d'initiatives cohérentes, d'utiliser le jet de dés ou même de programmer avec le staff une action au sein de cet évent. Vous pouvez changer le cours des choses, alors faites le !

On vous laisse poster à votre rythme, de la taille que vous souhaitez ! On vous demande juste de laisser 2 réponses de joueur après la vôtre, pour ne pas favoriser les interactions qu'entre deux joueurs particuliers. L'idée est de rp avec tout le monde, donc n'hésitez pas à le faire :)

Tous les joueurs, fraîchement arrivés, tout juste validés, ou déjà dinosaures, sont les bienvenus !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ready
( célébrité ) : dasha sidorchuk
( arrivée à Aberdeen ) : 29/09/2018
( messages ) : 180
( tickets ) : 296
( patronyme ) : Joy Meára
( âge du personnage ) : 25 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la maison des Stagger


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Sam 13 Oct - 10:49
Le rouge me quitte pour du noir Enfin… en partie. J’ai mes gants, mon écharpe et le voile de mon visage qui sont rouge. Porter autre chose que du noir me fait me rendre compte que je supporte de moins e moins le rouge. Que je haïs cette tenue en fait. C’est quoi l’occasion pour porter de noir ? Enterrement des filles qui se sont suicidées. Dire que tu pourrais être l’une d’entre elle… Oui Poppy. Si j’avais peut-être… le courage ? De m’ôter la vie je serais dans ces boites. Tu sais que… c’est pas la meilleure idée du monde de se suicider ? Si tu avais voulu te tuer, tu aurais fait ça au lieu d’aller voir les flics quand t’étais petite. J’ai peur de la mort… Je fais ce que je peux. Quoi que tant que tu es vivante tu pourras voir la destruction de Gilead ! Ouais ! Ça c’est positif. Mais les filles qui se sont suicidées montrent aussi qu’il y a un truc qui cloche. Je me demande si les autres le savent… Les autres ? Les grenouilles de bénitier. Aaaaah ! Mais non voyons ! C’était des pécheresses je ne sais quoi qui se sont suicidées. Tu le savais qu’au moyen-âge on coupait les têtes des gens qui se suicidaient pour qu’ils n’aillent pas au paradis. Elles vont pas au paradis elles : elles vont au valhalla. C’est une manière de combattre Gilead je pense. T’es sûre ? Oui. Tu devrais y aller ! Tu vas être en retard. Oui oui…

Je sors des chez les Stagger et rejoins à pas lent les autres servantes, voiles rouge sur le visage. C’est drôle comme sensation. Nous aurions put nous tenir droite, mais nous prenons quand même cette position de l’humilité… J’avance avec les autres. Enterrons nos morts… Pleurons nos filles. Tuons leur assassins. J’aime bien. Vous inquiétez pas les filles : je ne prierais pas dieu mais Hell pour qu’elle torture durant des heures vos assassins et je demanderais à Thor de vous garder une place près de lui. J’aimerais savoir à côté de qui je marche… Je me force à penser, à répéter mon théâtre. Je suis Joy. Pas une femme sans nom et sans visage. Je suis Joy. Et je vais enterrer des anonyme tué par ceux qui veulent nous faire taire et plier. Je suis vers le milieu de la procession, entourée des tantes. Elles aussi je veux les étrangler. Pour tout le mal qu’elles ont fait. Mais je tiens mon rôle. On va attendre. Que ce cirque finisse vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : ODAYA OCHAVEN. ou Flo.
( célébrité ) : Rosie Tupper
( arrivée à Aberdeen ) : 29/08/2018
( messages ) : 615
( tickets ) : 891
( patronyme ) : Noa Rose. Rien de bien original.
( âge du personnage ) : 25 ans.
( emploi ) : Aucun. Elle est l'épouse d'un gardien, c'est suffisant.
( localisation ) : A l'Eglise, chez lui.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 10:31

les ombres
under his eye


La douleur était horrible. Noa ne comprenait pas comment quelque chose d'aussi horrible avait pu se produire. C'étaient-elles réellement suicidées ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui s'était passé ?
Noa ne comprenait pas les raisons qui avaient poussés ces femmes à s'ôter leur vie. N'avaient-elles pas tout pour être heureuses ? Après tout, elle aussi vivait auprès d'un homme qui lui avait été imposé et devait faire des enfants, mais c'était son rôle, en temps que femme. En temps que Fille de Dieu. Comme toutes les autres femmes. Sauf qu'à l'inverse des servantes, elle ne savait pas Noa, si elle était fertile et si elle pouvait avoir des enfants. Peut être que Dieu serait miséricordieux et donnerait à William et elle le fruit de leur union, mais peut être pas... Après tout, ils ne pouvaient pas savoir ce qu'Il leur réservait. Et, c'était sans doute pour ça, que le Suicide lui apparaissait comme horrible. tragique. Et non nécessaire. Elles ne savaient pas les plans de Dieu pour elles, elles ne savaient pas ce qu'il adviendrait de leur futur, alors pourquoi tout gâcher ? Bien sûr, certains jours étaient moins bons que d'autres, mais pour qui ça ne l'était pas ? Elle ne savait pas trop comment réagir, si ce n'est en laissant son chagrin couler sur son visage. C'était une situation qu'elle n'avait jamais connu. Depuis sa naissance, c'était la première fois qu'un crime aussi horrible se déroulait. Et d'après ce qu'elle entendait, cela faisait longtemps qu'Aberdeen n'avait pas été touchée par un drame pareil. Que s'était-il passé ? Au fond d'elle-même, Noa ne pensait pas que les Servantes étaient si désespérées pour s'ôter la vie. Elles avaient été bien entourées. Et à voir la tristesse des Tantes, ces dernières ne s'y attendaient pas non plus. Ca devait être particulièrement difficile pour elles, d'ailleurs, de voir que les filles qu'elles avaient encadrées et aidées, s'étaient données la mort. Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Des questions qui restaient sans réponse, bien sûr. Des questions qui allaient sans doute tarauder leurs esprits pendant des années, voire plus. C'était ainsi, elle le savait pertinemment, mais elle ne l'acceptait pas. Pire, Noa aurait voulu qu'elles soient encore là. Peut être que si elles avaient parlé, elles avaient expliqué leurs difficultés, la communauté aurait pu les aider. En tout cas, c'est ce que la jeune femme pensait.

_________________


a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but now we are. And now we have to deal with it.

#cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t37-douce-enfant-que-deviens-tu-noa

may the lord open

avatar

( pseudo ) : betty.
( célébrité ) : alicia vikander.
( arrivée à Aberdeen ) : 01/10/2018
( messages ) : 273
( tickets ) : 714
( patronyme ) : claire yvonne stagger.
( âge du personnage ) : vingt neuf pétales, dont certains diraient qu'ils sont fanés tant les années s'enfilent telles des perles sur un collier, sans qu'une bague fasse de même à son doigt.
( emploi ) : rien de plus qu'une enfant, proche de sa cuisine et de son potager, qui parmi les stagger remplit bien sa fonction de pot de fleurs.
( localisation ) : probablement dans une serre, à s'évertuer à rendre vert le quartier rouge.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 13:31


≈ ≈ ≈
{les ombres}
crédit/ role play helper tumblr ✰ tc

Aberdeen était habituée au silence. Il n'y avait pas de place pour le babillage oisif ou le brouhaha incessant de la modernité : seule cette authentique musique des Anges descendus parmi les Hommes, chanter la symphonie perpétuelle de la Création. Par l'accord harmonieux de tous les êtres qui la peuplaient, ils se trouvaient à même d'en exprimer les sentiments : son allégresse de voir ses arbres repeuplés au printemps, sa colère impétueuse venue retourner la terre par ses larmes glacées et zébrer le ciel de ses éclairs, sa mélancolie une fois tombé sur elle le drap blanc et craquant de l'hiver... Mais aujourd'hui, le ton avait changé. Gilead vêtue de noir portait le deuil de ses Servantes disparues, suicidées. Le deuil. Quand non seulement les Hommes s'étaient tus, mais les Anges avec eux, ne sachant quels mots de réconfort leur apporter. Claire, fondue au cortège interminable qui suivait les corps inanimés des défuntes, en cherchait partout le moindre signe. Le moindre chant d'oiseau, le moindre souffle de vent, le moindre miroitement lointain d'une lumière. Mais rien. Ses sens comme anesthésiés ne parvenaient à percer son enveloppe charnelle pour saisir le monde extérieur. Elle n'était plus qu'une ombre tout de noir vêtue : une robe noire, un manteau noir, un bonnet noir, des gants noirs. Même ses larmes auraient pu être de la même couleur si ses joues n'avaient pas été d'une blancheur diaphane. Dieu les avait abandonnés à ce monde conquis de ténèbres. Etait-ce là une punition, eux qui n'avaient su protéger leurs porteuses de vie ? Ou s'était-il retiré pour contempler en lui-même sa douleur immense ? Ce ne pouvait être que la première option. Les Hommes avaient failli, là où Dieu ne pouvait montrer aucune faiblesse. Il ne pouvait en être autrement. Sentant que le concert d'émotions qui s'agitait à ses tempes douloureuses allait lui coûter la force de ses deux jambes, Claire tenta de se rapprocher de sa mère, dans l'espoir que son contact tendre raffermisse son attitude.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t176-claire-like-a-flower-made-of-iron#1016

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Zreyta
( célébrité ) : Nathalie Emmanuel
( arrivée à Aberdeen ) : 05/10/2018
( messages ) : 49
( tickets ) : 120
( patronyme ) : Sylvia Hale
( âge du personnage ) : 28 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la demeure Bandry, principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 17:27


les ombres.
Your body may be gone, I'm gonna carry you in. In my head, in my heart, in my soul. And maybe we'll get lucky and we'll both live again. Well I don't know. I don't know. I don't know. Don't think so.  
Aberdeen était en deuil.

Debandry, avec toutes ses consœurs, se trouvait à l'avant de la procession funéraire, celle qui devait dire un dernier adieu aux Servantes dont les suicides avait choqué toute la population. Tout le monde était en noir, même elle et ses collègues, qui avaient échangé leur habituel uniforme rouge pour une robe de deuil ; elle ne parvenait pourtant pas à apprécier le changement, tant l'atmosphère qui régnait était lourde.

Elle n'avait jamais aimé les funérailles. Elles lui rappelaient de mauvais souvenirs.

Mais elle ne pouvait pas penser à Nicole, pas maintenant. La journée était assez déprimante comme ça. Elle ne pouvait pas penser à Nicole, car ces événements-ci n'avaient rien à voir avec sa mort à elle. Le monde était différent. Les circonstances étaient différentes. Tout était différent...

Ces Servantes... Une part de Debandry les comprenait, dans le fond. Une part d'elle-même se disait - savait ! - que ce mode de vie si restrictif était responsable de leur désespoir. Aurait-elle pu en arriver-là, elle-même ? Elle ne voulait pas... Elle ne pouvait pas, non, pas avec son fils en vie quelque part. Pas en gardant une chance infime de le revoir. Si elle partait, elle, lui n'aurait plus aucune famille. Il n'aurait plus personne.

Elle avait trop peur de la mort. Elle en avait peur depuis ses quatorze ans.

Mais celles qu'on enterrait ce jour-là avaient été comme elle, un jour. Comme elles, elles avaient fait leur apprentissage au Centre rouge ; comme elle, elles avaient été confiées à une famille d'Aberdeen - elles avaient eu les même tâches, les mêmes droits, la même vie. Elle se demandait si elle les avait connues. Les avait-elles croisées, au centre rouge, au magasin Lait et Œufs, sur le chemin des commissions ? Les avait-elle saluées, leur avait-elle sourit ? Probablement avait-elle du les rencontrer, une ou deux fois. Elle aurait aimé être sûre de leur identité exacte.

Elle savait au moins que son amie Joy ne comptait pas dans les victimes. A présent qu'elle l'avait retrouvée, elle n'aurait pas supporté l'idée de la perdre une nouvelle fois.

Elle avait une chanson en tête. And it keeps coming, and it keeps coming, and it keeps coming 'till the day it stops... C'était une chanson sur le deuil d'un proche. Elle ne connaissait pas assez ces Servantes pour les considérer comme des proches... Et pourtant. Elle se sentait concernée.

Adieu à elles, alors. En priant pour qu'elles trouvent un monde meilleur après celui-ci.
event n°1 || it's a sad day


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t200-debandry-sylvia-i-am-gonna-make-it-through-this-year-if-it-kills-me?nid=1#1403

may the lord open

avatar

( célébrité ) : Isolda Dychauk
( arrivée à Aberdeen ) : 01/10/2018
( messages ) : 73
( tickets ) : 206
( patronyme ) : Aurora Albright
( âge du personnage ) : 20 ans
( emploi ) : Servante en formation
( localisation ) : Centre rouge


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 18:35
Le voile rouge teintait sa vue d’une étrange nuance rosâtre, et ses ailes noires faisaient fonction d’œillères plus opaques que jamais, mais pour la première fois depuis… depuis qu’elle pouvait se souvenir de quelque chose, Aurora était hors du Centre Rouge. Dehors. Cela la rendait absolument curieuse de voir tout ce qu’il se passait et elle était obligée de se faire violence pour rester à sa place dans la procession, même si un léger coup de tête de temps à autre trahissait sa curiosité pour voir ce qu’il se passait sur les côtés. Les rangs de gardiens, comme une armée de fourmis innombrables. Et les Tantes qui les chapeautaient, surveillaient les moindres de leurs gestes lors de cette première sortie. Elle savait que derrière elle devaient se trouver d’autres catégories de personnes, des Commandants et des Epouses, peut-être, mais se retourner franchement aurait été pousser un peu trop les limites. Tout au plus pouvait-elle se réjouir d’être aujourd’hui mélangée à des Servantes plus avancées dans leur formation, et à d’autres déjà en poste, ce qui aurait été l’occasion de lever un peu le mystère, si leurs voiles ne les avaient pas rendues complètement anonymes.

L’excitation générale suscitée par cette sortie était de toute manière franchement refroidie par son but. Elles allaient enterrer des Servantes qui s’étaient suicidées. C’était la première fois qu’Aurora entendait parler d’un tel phénomène et elle ne savait pas comment réagir. A en juger par les regards de certaines de ses compagnes quand les Tantes leur avaient annoncé la nouvelle, le phénomène n’était pourtant pas totalement nouveau.

Aurora n’était pas complètement stupide. Si des filles des étages supérieurs se suicidaient (on pouvait admettre que les nouvelles arrivantes du premier étaient si surveillées que cela n’avait quasiment pas de risque d’arriver), si les filles en poste se suicidaient alors même qu’elles étaient censées s’épanouir dans la grâce de Dieu offerte sous forme de fertilité… c’est qu’il y avait quelque chose qui clochait, quelque part. Mais quoi ? Encore cette impression de malaise prenant mais insoluble. Que pouvait-il bien y avoir pour provoquer cette hécatombe ? Y aurait-il quelque chose pour la pousser à considérer ce geste désespéré un jour, elle aussi ? Pour la première fois, Aurora ressentait une angoisse réelle pour ce qui l’attendait à l’étage du dessus, et qu’elle ne devinait encore que confusément.

Prise dans ses pensées, elle trébucha sur ses propres pieds. Ses chevilles avaient tendance à lâcher quand elle était fatiguée, elle avait déjà eu l’occasion de s’en rendre compte une fois au Centre. Elle se rattrapa instinctivement à l’épaule de la silhouette noire et rouge devant elle, avec un « Pardon » murmuré, avant d’essayer de reprendre le plus vite possible le rythme digne de la procession. Maintenant qu’elle se laissait aller à penser, ses voisines avaient l’air de créatures fantastiques et effrayantes, dans leurs grandes capes. Des chauves-souris géantes peut-être.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t175-aurora-i-am-no-bird-and-no-net-ensnares-me#920

may the lord open

avatar

( pseudo ) : aslaug.
( célébrité ) : rachel weisz
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 146
( tickets ) : 151
( patronyme ) : Magdalena Stagger
( âge du personnage ) : 50 ans
( emploi ) : épouse de commandant
( localisation ) : quartier rouge principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 20:52


les ombres

event n°1


Magda était restée sur le pas de la porte un moment, à regarder Destagger quitter leur foyer pour rejoindre les servantes et marcher avec elles lors de la procession funéraire qui allait suivre. Le temps d’automne était aussi maussade qu’étaient les coeur d’Aberdeen en ce triste jour. Cela faisait plusieurs jours que le front de l’épouse Stagger était plissé de frustration et de craintes. Les suicides ne s’arrêtaient pas et cela devenait inquiétant. Son époux travaillait d’arrache pieds pour endiguer le phénomène mais pour le moment ce dernier semblait plus fort. Oh comme Magdalena aurait aimé pouvoir l’aider. Faire quelque chose. En plus d’être là pour le soutenir et le soulager pour tous les autres sujets où elle le pouvait. Il y avait en elle cette étrange culpabilité. Cette impression de ne pas en avoir fait assez pour les sauver. De ne pas en avoir fait assez pour les aider et éviter qu’elles ne choisissent cette sinistre option. D’une autre façon, elle ne voyait pas bien ce qu’elle aurait pu faire de plus, mais elle savait que cela n’empêcherait pas tout le monde de la dévisager et de l’interroger du regard parce qu’elle était une Stagger. Parce qu’elle était en charge du Centre Rouge et des servantes. Magda déglutit difficilement, regardant la voiture sombre disparaître au coin de la rue. Puis elle tourna les talons pour rentrer et finir de se préparer avant de rejoindre le reste des habitants d’Aberdeen.

Un peu plus tard, après avoir salué poliment les autres familles, Magda rejoint le coeur du cortège. Elle aurait voulu se trouver aux côtés d’Isaiah, mais ses responsabilités étaient telles que ça n’était pas sa place aujourd’hui. En marchant silencieusement derrière les servantes toutes de noir vêtues pour l’occasion, la mère de famille se tordait le cou en espérant apercevoir Mila dans cette foule. Mais c’était peine perdue, derrière elles de la sorte, entre leurs ailes et le voile sur leur visage. Elle finit par se raviser et se concentrer sur ce qu’il se passait plus proche d’elle. C’est alors qu’elle capta la présence d’une autre de ses filles quelques pas derrière elle. Elle lui offrit un sourire aux tristes reflets, tendant son bras vers elle pour la ramener à ses côtés. “Claire.” dit-elle doucement en joignant la parole au geste. Elles s’étaient perdues de vue à leur arrivée au point de rendez-vous. “As-tu réussi à apercevoir ta sœur ?” Bien qu’elle en ait trois, Magda savait très bien que sa douce Claire saurait de qui elle parlait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t109-magda-l-enfer-est-pave-de-bonnes-intentions

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ludies
( célébrité ) : Alexander Vlahos
( arrivée à Aberdeen ) : 01/09/2018
( messages ) : 447
( tickets ) : 956
( patronyme ) : Gethin Ward
( âge du personnage ) : 26 ans
( emploi ) : Gardien


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 14 Oct - 21:32
Il s’était réveillé en avance et avait regardé le plafond jusqu’à ce que ce soit l’heure de se lever histoire de ne rien changer à ses habitudes. Il s’était ensuite préparé, avait pris rapidement un petit déjeuner, avant de se diriger vers le lieu où se tenait la cérémonie, et ce, avant que cette dernière commence. Il fallait que ses collègues et lui soient bels et bien présents avant que la foule n’arrive. Qui sait ce qui pouvait se passer ? C’est pour cela qu’il n’aimait pas les gros rassemblements, par ce qu’il y avait trop de possibles imprévus à gérer. Il jeta un coup à Ollie, son binôme habituel qui semblait un peu trop sur les nerfs à son goût. Les gens nerveux avaient des réactions parfois trop imprévisibles, et qui sait, certains avaient, parait-il la gâchette un peu plus « facile ». Et il essaya de se raisonner tandis que les gens arrivaient, se regroupaient, il essaya de se raisonner, qu’est-ce qui pouvait bien se passer ? C’était jour de deuil.

Pourquoi avaient-elles fait cela ? Ce n’était pas quelque chose qu’il comprenait réellement le suicide. Quant aux rumeurs… elles étaient totalement stupides et infondées, qui voudraient forcer de telles femmes à la mort ? Faire croire à un suicide ? Dans quel but ? Elles étaient utiles à la société, pour ne pas dire qu’elles étaient presque un point central. On avait besoin d’elles. C’était un fait avérer, prouver. Pourquoi les tuer, si on écoutait la rumeur, pour réduire l’humanité à néant ? Il y avait bien d’autres moyens. Illogique. Oui, tout cela dépassait totalement son entendement, mais il n’était personne pour juger. Son rôle se cantonnait à surveiller aujourd’hui cette procession, pour le reste au final il n’y pouvait rien. Il n’était pas son Père, il n’était pas Elles, il n’était qu’un pion, qu’un individu lambda… Il n’était personne. Il avait déjà assez de mal à comprendre la nature humaine, alors bon, ce n’était pas le lieu ni le moment de se poser autant de questions ! Il repéra quelques têtes connues, salua rapidement d’un signe de tête Claire Stagger et sa mère mais continua de surveiller tout ce qui se passait le long de la procession, aux aguets de la moindre chose un peu étrange, du moindre individu au comportement qui pourrait paraitre suspect. Il ne devait rien laisser passer.

_________________
texte texte
Life ain't lived in black and white !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t62-gethin-never-give-up

may the lord open

avatar

( pseudo ) : bene gesserit
( célébrité ) : joel kinnaman
( multicomptes ) : aucun
( arrivée à Aberdeen ) : 30/09/2018
( messages ) : 66
( tickets ) : 87
( patronyme ) : Connor Abernathy
( âge du personnage ) : 35 ans
( emploi ) : gardien de la Foi pour les Stagger
( localisation ) : Aberdeen


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Lun 15 Oct - 21:42
En se préparant ce matin là, Connor avait des idées noires. La mort des servantes, sort dont elles s'étaient elle même affligé, le perturbait grandement. Il avait reconnu certains noms, croisées au détour d'un couloir durant les trois mois où il avait travaillé au Centre Rouge. Il avait l'impression d'avoir échoué dans sa mission. Il n'avait pas su les protéger, de ce monde, ni d'elles mêmes. Bien sûr, il avait gardé ce genre de pensées pour lui, ce n'était pas le genre de chose qu'on évoquait facilement dans le monde dans lequel il vivait. Comme pour le reste d'ailleurs, il était habitué au mensonge, au masque à porter en toute circonstance. Il le revêtait désormais comme son costume noir, jour après jour, sans montrer aucune faille, aucun craquement. Et pourtant...une fissure pouvait si vite arriver...

Servant la maison des Stagger, Connor restait avec eux, s'occupant de leur sécurité en premier lieux contrairement à d'autres Gardiens qui s'occupaient du périmètre, ou d'autres choses dans le genre. Armé, il gardait un oeil sur les membres de la famille dont il avait la charge avec le Gardien Joyner, restant silencieux et concentré sur sa mission. Marchant derrière madame et sa fille Claire, son regard bleu capta le geste de la plus jeune, et le rapprochement entre les deux femmes. Il n'était pas rare que Claire et lui discutent, il la connaissait depuis des années, l'avait vu grandir au sein de la maison. Ce qui était des discussions innocentes à l'époque, s'était développé en tout autre chose avec le temps, leur conversation devenant plus sérieuses, notamment sur ce qu'ils vivaient. Il sentait en elle une envie de comprendre, d'apprendre mais elle n'avait jamais eu l'occasion de lire, de s'informer, chose à laquelle Connor voulait remédier. Mais pas maintenant, pas tout de suite. Entendant les quelques mots échangés entre les deux femmes, Connor releva la tête, scannant la foule des Servantes, mais sans parvenir à distinguer celle que les deux femmes recherchaient, celle que rien ne prédestinait à être Servante, et pourtant, elle en faisait bel et bien partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( célébrité ) : adélaïde kane.
( arrivée à Aberdeen ) : 01/10/2018
( messages ) : 174
( tickets ) : 578
( patronyme ) : selyse payne.
( âge du personnage ) : vingt-huit années qui résonnent à présent de nostalgie, regrets et espoirs envolés.
( emploi ) : vétérinaire dans une autre époque, une autre vie. à présent en formation pour devenir servante, plus bonne qu'à offrir son corps au plus méritant.
( localisation ) : au centre rouge d'aberdeen, enfermée à double tours dans cette prison de chasteté.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mar 16 Oct - 0:32

Event n°1 - ombres

Selyse & vous ?



L’air frais qui s’immisce sous ton voile et qui fait battre tes cheveux. La liberté qui s’offre à toi. Certes fugace. Certes illusoire. Mais liberté quand même. Après tout ce temps enfermée dans ce Centre Rouge, te voilà qui déambules dehors. L’air frais te fait du bien, c’est revigorant. Y’a un petit sourire qui se dessine tandis que tu observes un oiseau fendre le ciel en roucoulant. Ça t’avait manqué. Et dire, pourtant, qu’avant tu te considérais comme une femme casanière qui sortait peu. À présent tu donnerais tellement pour mettre le nez dehors un peu plus souvent.

Ce sourire, pourtant, tu le retires bien rapidement. Car le temps n’est pas aux réjouissances, et tu ne voudrais pas que quelqu’un interprète mal les mimiques qui se peignent sur ton visage. Alors tes traits se ferment et redeviennent neutre, tandis qu’avec le groupe de Servantes tu te diriges vers le cimetière. Des enterrements. Voilà la raison de ta sortie. C’est glauque de se réjouir, d’une certaine façon, de la mort d’autrui. Mais c’est la réalité. Quand les Tantes vous ont annoncé la nouvelle, les regards des autres Servantes ont fusé de toutes parts. Prévisible. Il n’y a que ces sectaires de Fils de Jacob pour ne pas comprendre et pour se lamenter pour de mauvaises raisons. Parce qu’ils n’en ont rien à faire, de vous et de ce que vous ressentez. Vous n’êtes que des coquilles vides, que des ovules sur pattes. Alors forcément, admettre que vous puissiez ressentir une telle souffrance que la seule solution est la mort les dépasse complètement. Triste vie.

Tu soupires, et machinalement tu te retournes. Tu captes alors le regard d’une autre Servante. Joy. (@Destagger) T’en mettrais ta main à couper. Alors elle est ici, elle-aussi ? Ton regard appuie dans sa direction, désabusée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t182-selyse-au-clair-de-la-brume

may the lord open

avatar

( pseudo ) : caroline, linoa
( célébrité ) : finn jones
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 94
( tickets ) : 123
( patronyme ) : william joyner
( âge du personnage ) : 31 ans
( emploi ) : gardien pour la famille Stagger


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mar 16 Oct - 10:32

event 1
ombres

En s’habillant en noir ce jour-là, William aurait préféré rester couché et mieux, il aurait préféré que cette journée n’existe jamais. Il la redoutait d’avance, il craignait de lire l’effroi et le désespoir dans le regard des autres, craignait que ces sentiments ne soient en réalité que le reflet des siens, car il était sincèrement peiné par ce qui était arrivé. Le Gardien avait toujours estimé que chaque vie était sacrée, mais il pouvait comprendre le suicide de ces femmes. Il pouvait comprendre que ce n’était pas parce qu’elles étaient faibles, mais parce qu’elles avaient été fortes trop longtemps. En arrivant sur les lieux de la procession pour rendre hommage à toutes ces femmes, anonymes parmi les anonymes, William avait rejoint la place qui était la sienne en tant que Gardien de la famille Stagger, après un léger regard à l’adresse de Noa, qui était son épouse mais il avait plus important à faire aujourd’hui. Il faisait frais, un vent léger s'était levé, mais William ne s'en rendait pas compte, il était trop tendu, trop concentré pour réagir à quoi que ce soit d'autre. Au fil des années depuis qu'il était entré au service de la famille, il avait appris à se déconnecter de tout pour se concentrer sur sa tâche.

C’était un bien étrange cortège qui défilait, entièrement de noir vêtu, même si chacun se rappelait clairement quelle était sa place. William gardait le silence tandis que son regard parcourait les différents groupes, attentif au moindre mouvement, au moindre danger. Il espérait que tout se déroulerait sans le moindre accro, mais dans ce genre d’événements, on ne pouvait jamais vraiment le savoir. Il gardait surtout un œil sur la famille Stagger, puisqu’il s’agissait de la famille pour laquelle il était employé et en cas de danger, c’était vers eux que se tournerait son dévouement. Il se tenait forcément près du Gardien Abernathy, lui-même au service de la même famille et, du bout des lèvres pour que cela ne se remarque pas, il lui souffla « Rien à déclarer, pour le moment ? » comme si l’homme avait remarqué quelque chose que lui-même n’aurait pas vu. Mais tout semblait calme, tellement paisible. Une cérémonie ordinaire dans une vie ordinaire.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t111-et-les-presents-jamais-ne-durent-william#242

may the lord open

avatar

( pseudo ) : betty.
( célébrité ) : alicia vikander.
( arrivée à Aberdeen ) : 01/10/2018
( messages ) : 273
( tickets ) : 714
( patronyme ) : claire yvonne stagger.
( âge du personnage ) : vingt neuf pétales, dont certains diraient qu'ils sont fanés tant les années s'enfilent telles des perles sur un collier, sans qu'une bague fasse de même à son doigt.
( emploi ) : rien de plus qu'une enfant, proche de sa cuisine et de son potager, qui parmi les stagger remplit bien sa fonction de pot de fleurs.
( localisation ) : probablement dans une serre, à s'évertuer à rendre vert le quartier rouge.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mar 16 Oct - 16:12


≈ ≈ ≈
{les ombres}
crédit/ role play helper tumblr ✰ tc

Comme un pauvre pécheur assoiffé recevait avec bonheur de l'eau dans son gosier, Claire prit place près de @Madame Stagger qui lui offrait son bras. Si cela avait été possible, elle s'en serait retournée à ce ventre béni qui l'avait symboliquement portée, traversant l'épaisse enveloppe de ses vêtements de deuil pour s'y réfugier. Mais son eau à elle était amère, salée, âpre même. Aucune sincère sollicitude n'avait motivé le geste de la mère de famille. La tête de celle-ci, agitée par l'inquiétude, cherchait à se hisser au-dessus de la marée de têtes voilées qui les précédait à la recherche de Mila. Hestia ! se reprit Claire. « Mère, » appela celle-ci d'une voix presque éteinte. Elle aurait voulu lui dire que oui, c'était elle là-bas, du boit de son index pointé, qui s'avançait parmi toutes les autres, car la taille, la démarche, la posture, le port de tête et l'oscillation de ses bras le long de son corps ne l'y avaient pas trompée. Mais rien. Les draps informes dont les Servantes étaient habillées avaient aboli les différences. « Non, Mère. Je ne l'ai pas vue. » À vrai dire, elle n'aurait même pas pu reconnaître sa mère si celle-ci avait marché au milieu des autres Epouses devant elle. Le deuil était partagé par tous et par toutes, Aberdeen ne formant alors plus qu'un seul être. Lors de ses essais infructueux pour retrouver sa sœur, Claire eut l'occasion de saluer d'un signe de tête les @Gardien Ward, @Gardien Abernathy et @Gardien Joyner dont elle trouva les visages sombres et fermés. Ils ressemblaient à trois sentinelles, à trois paires de gros bras, contraste saisissant avec le calme dévot de tous ces gens qui défilaient devant eux. C'en était presque trop pour Claire. La mort qui pesait de tout son poids morbide sur Aberdeen, lui coupait la respiration. « Est-ce bientôt la fin, Mère ? » demanda-t-elle en se serrant davantage contre elle. Elle ne voulait pas paraître désinvolte ni impatiente, mais quelque chose l'angoissait dans tout ce cérémonial qu'elle n'aurait su expliquer. Etait-ce le pressentiment d'un évènement terrible, ou le simple dérèglement de ses sens lié à la profonde affliction qu'elle ressentait ? Claire n'aurait su répondre. Mais elle aurait voulu courir, entraîner les femmes Stagger à sa suite, sans se retourner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t176-claire-like-a-flower-made-of-iron#1016

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Zreyta
( célébrité ) : Nathalie Emmanuel
( arrivée à Aberdeen ) : 05/10/2018
( messages ) : 49
( tickets ) : 120
( patronyme ) : Sylvia Hale
( âge du personnage ) : 28 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la demeure Bandry, principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mar 16 Oct - 20:23


les ombres.
Your body may be gone, I'm gonna carry you in. In my head, in my heart, in my soul. And maybe we'll get lucky and we'll both live again. Well I don't know. I don't know. I don't know. Don't think so.  
And it keeps coming, and it keeps coming... La chanson ne quittait pas son esprit. Debandry marchait au rythme lent de la procession quand elle sentit soudain un contact : quelqu'un venait de lui attraper l'épaule. Elle se retourna, sans même y réfléchir... C'était, bien sûr, une autre Servante - une jeune femme vêtue de la même robe qu'elle, qui venait de trébucher. (@Aurora)

Elle s'excusa. A sa voix, Debandry ne la reconnut pas. Une nouvelle au centre ? Peut-être avait-elle tout simplement oublié sa voix. Un murmure, ce 'était pas grand chose pour reconnaître quelqu'un... et sa mémoire n'était pas toujours parfaite.

-"Pas de problème", souffla-t-elle en réponse. "Pas de problème. Ca va aller ?" Elle se répétait. Elle était sincère, pourtant, dans sa solicitude.

Elle chercha le regard de sa consœur des yeux, mais derrière son voile, elle ne le distinguait qu'à moitié. Elle lui sourit quand même, d'un sourire qui se voulait rassurant. Ce n'était pas grand chose, mais qu'avait-elle d'autre à offrir ? Les Servantes devaient se serrer les coudes entre elles, se disait-elle. Quelle que soit leurs histoires, leurs origines, leurs idéaux, elles étaient sœurs à présent, ou presque. Peut-être était-ce pour ça qu'elles étaient à la tête du cortège.

-"Courage," glissa-t-elle encore. Courage pour quoi ? Pour la cérémonie du jour ? Pour sa vie de Servante en général ? Debandry ne le savait même pas elle-même ; il lui semblait juste que c'était quelque chose dont elles avaient toutes besoin, pour l'instant - du courage.

Elle ne tarda pas  se retourner à nouveau et à refaire silence, cependant : elle ne tenait pas à troubler la procession. Certes, les règles étaient un peu différentes aujourd'hui mais ce n'est pas pour autant qu'elle voulait se faire remarquer.
event n°1 || it's a sad day

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t200-debandry-sylvia-i-am-gonna-make-it-through-this-year-if-it-kills-me?nid=1#1403

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Staff de Praised Be.
( célébrité ) : Inconnu
( arrivée à Aberdeen ) : 21/07/2018
( messages ) : 145
( tickets ) : 255
( patronyme ) : Jacob.
( âge du personnage ) : L'âge de l'univers.
( emploi ) : Diriger le monde
( localisation ) : Partout, nulle part.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Jeu 18 Oct - 17:48

les ombres
under his eye


Tous s’avancent, tous se dirigent vers le cimetière. Une ambiance, froide, pesante, tombe sur l’assemblée. Ce n’est ni le moment de rire, ni de s’amuser. Personne ne semble apprécier le moment, ce qui se comprend. Un tel événement ne s’était pas produit depuis des générations. Voilà des années qu’un tel drame ne s’était pas commis. Tous arrivent, finalement, au cimetière. Comme le veut la tradition, les servantes passent devant, guidées par leurs tantes. Elles se placent au premier rang, derrière les cercueils de leurs consoeurs disparues. Des larmes glissent sur les joues, des pleurs, qu’ils viennent des épouses, des éconofemmes, ou des autres femmes présentent, même des Tantes, se font entendre. Difficile de perdre des femmes qui permettaient à leur espèce, à leur communauté, de prospérer. Douloureux de les voir mourir, alors qu’elles peuvent porter la vie.

Les Servantes, en formation, au Centre, ou au service d’une famille, elles étaient toutes présentes. Toutes vêtues de noir. Toutes. Sans exception. Une Tante se mit au centre du cercle formé par les cercueils, noirs, une croix rouge sur leur devanture. Ni nom, ni surnom, ni identité, ni pierre tombale pour ces femmes. Mais un endroit qui leur ai réservé pour qu’elles puissent reposer en paix. Loin du reste de la communauté. « Puissent-elles reposer en paix. » Commença-t-elle. Puis, les noms furent énoncés. L’un après l’autre. Les noms de chaque jeune femme décédée. Les noms qui leurs avaient été donnés au Centre. Sans mention, ni rappel de leur vie d’avant.

Puis, sans que l’on ne sache d’où ça vient, sans que l’on ne comprenne vraiment comment, ni pourquoi, un rire retentit. Un rire. Un rire typiquement amusé. Des servantes se retournent, inquiètes. Qui oseraient défier l’autorité en ce jour-là ? Les Tantes glissent leurs mains à leurs bâtons électriques, prêtes à corriger l’imprudente qui se permettrai de trouver ce moment amusant.
Un silence retentit.
Les souffles reprennent, les uns après les autres.
Qui ?
Comment ?
Pourquoi ?
La cérémonie reprend. « Elles ont donnés leurs corps à notre communauté… Des corps sains, bénis par Dieu. » Un rire se fait entendre à nouveau.
Nouveau silence.
Tous sont tendus. Puis, les Gardiens se dispersent, prennent leurs armes. La tension est palpable. Qui donc oserait ? Et dans quel but ? « Vous êtes pitoyables. » Entend-t-on alors. « Pitoyables. Pitoyables. Pitoyables. » Mots répétés. Sons déformés. Voix inconnue. Qui ? Comment ? « Apprendrez-vous à regarder la vérité quand elle est sous vos yeux ? » Nouvelle phrase. Nouvelle provocation. Incompréhension totale. « Ou les laissez-vous toutes mourir ? »

Un silence se fait entendre.
Long.
Rien n’est dit. Personne ne sait comment réagir. Les femmes et les enfants se serrent entre elles, derrière des conjoints, des Gardiens et des commandants sur le qui-vive. Puis, l’effervescence prend place sur le silence, on cherche alors le coupable.



Afin de permettre un développement évolutif, c'est à vous de jouer ! Vous avez jusqu'à la fin de la semaine prochaine (samedi ou dimanche) pour jouer entre vous, vous interrogez, trouvez le coupable... Celui qui aurait pu faire ça. On vous conseille de lancer le dés pour toute action possible, on vous encourage à discuter ensemble dans le flood des évents, bref. Jouez le jeu, essayez de creuser et vous en serez (peut être) récompensés

A partir de là, l'évent prend le tour que vous lui donnez. A vous donc de faire en sorte de changer les choses ! Il vous ai possible de lancer le dés "idées" dans la partie animation et par exemple de faire de petites actions, les unes après les autres, en collaboration, pour en faire une grosse. Exemple, vous ne pouvez pas dire "mon personnage sait qui a fait ça" sinon ça n'a aucun intérêt ahah. On vous laissez imaginer ces petites actions et on vous laissez trouvez des indices.. A vous d'être aussi fairplay et joueurs !

L'évent prendra place sur trois semaines, avec une réponse du compte fondateur par semaine pour faire avancer le jeu.
A vous de faire preuve d'initiatives cohérentes, d'utiliser le jet de dés ou même de programmer avec le staff une action au sein de cet évent. Vous pouvez changer le cours des choses, alors faites le !

On vous laisse poster à votre rythme, de la taille que vous souhaitez ! On vous demande juste de laisser 2 réponses de joueur après la vôtre, pour ne pas favoriser les interactions qu'entre deux joueurs particuliers. L'idée est de rp avec tout le monde, donc n'hésitez pas à le faire :)

Tous les joueurs, fraîchement arrivés, tout juste validés, ou déjà dinosaures, sont les bienvenus !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) :
( célébrité ) : Damaris Goddrie
( arrivée à Aberdeen ) : 29/09/2018
( messages ) : 63
( tickets ) : 83
( patronyme ) : Camila Navarro
( âge du personnage ) : 25 ans
( emploi ) : Martha, bonne à tout faire
( localisation ) : Chez les Stagger


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Jeu 18 Oct - 19:48
Procession funèbre. Voilà dans quoi on l’avait embarqué, pour le meilleur et pour le pire. Camila bat des paupières, entourée des autres Marthas Stagger, tandis que le soleil perce à travers ses cils épais. Le pourquoi du comment, elle n’en avait rien à faire, mais les faits étant là : elle sortait enfin dehors, après tout ce temps enfermée dans la même maison, à voir les mêmes murs, les mêmes visages stupides, entendre les mêmes sons, encore et encore, jusqu’à n’en plus pouvoir. Aujourd’hui elle sort, pour des raisons funestes, certes, mais elle compte bien profiter de chaque seconde. Pour l’occasion, on lui fait porter du noir ; enfin une couleur qui lui sied vraiment.

Autour d’elle les gens avancent, certains se percutent, d’autres s’évitent, mais Camila, au sein de la marée humaine, savoure l’effervescence de la proximité humaine. Elle en sourit presque, tant cela lui avait manqué. Si l’ambiance n’était pas au deuil, elle aurait presque pu fermer les yeux, s’imaginer plusieurs années auparavant, perdue dans la foule de la Gay Pride de Boston. Elle se remémore avec mélancolie la première fois qu’elle avait fait le mur, du haut de ses seize ans, pour rejoindre le défilé coloré, grouillant, suintant, débordant de chaos bruyant rythmé par la musique.

Lorsqu’elle rouvre les yeux, Camila se dresse sur la pointe des pieds pour tenter, malgré sa petite taille, d’apercevoir les servantes encore en vie en début de cortège. Mais très vite elle se retrouva rabrouée par une de ses consœurs plus âgée. « Reste tranquille. » On lui souffle d’une voix dure. Mais trop enthousiaste de pouvoir faire un chemin différent de tous ceux qu’elle refait encore et encore, voir des visages jusque là inconnus, Camila ne peut pas s’empêcher de jeter des coups d’œil tout autour d’elle, curieuse.

La chevelure rousse de Joy lui semble se perdre au loin, mais Camila n’est pas certaine de ce que ses yeux lui font voir. Abandonnant l’idée de retrouver les visages familiers, Camila lâche un soupir ennuyé en reprenant une stature droite, fière, reprenant sur elle le masque de neutralité qu’elle ne peut s’empêcher de porter en permanence. Pas loin, Madame et les autres enfants Stagger. Il y a également Abernathy, qu’elle fixe un instant, avant de finalement baisser les yeux. Des femmes sont mortes, elles ne reviendront pas. Mais une autre part de Camila ne peut pas s’empêcher de penser qu’elles sont bien mieux là où elles sont à présent. Elle-même avait commencé à envisager la chose à force de tourner en rond. La dépression se faisant ressentir tous les jours un peu plus.

Lorsqu’on arrive finalement au cimetière, Camila suit le mouvement pour se positionner avec les autres, l’oreille attentive à ce qu’il se dirait en hommage aux victimes. Les victimes de cette société maudite, cruelle, pourrie jusqu’à la moelle. Les noms défilent, des noms impropres, des noms qui n’étaient pas ceux de ces femmes. « Dites-le, joder ... » Mais elle savait pertinemment qu’elles seraient enterrées sans que personne ne connaisse leur identité. Son poing se serre et ses ongles s’enfoncent dans la peau de sa paume. Elle ressent la rage au fond d’elle, la rage qui revient, cette colère qu’elle avait réussit à quitter quelques minutes plus tôt. Mais la haine, sa haine, n’était rien comparée au rire qui brisa le silence funéraire. Un rire qui ébranle Camila jusqu’au plus profond de son âme.

Qui riait ?

Un deuxième vient suivre quelques secondes après, entraînant avec lui un mouvement chez les gardiens, prêts à débusquer cet acte de folie inconsidérée. Qui ? Camila regarde à nouveau autour d’elle, cette fois avec inquiétude. Elle espérait que ce ne soit pas quelqu’un qu’elle connaisse. Quelqu’un qui aurait pété les plombs. Pas Joy. Pas Sylvia. C’est tout ce qu’elle demande.

 « VOUS ÊTES PITOYABLES. PITOYABLES. PITOYABLES. PITOYABLES. APPRENDREZ-VOUS À REGARDER LA VÉRITÉ QUAND ELLE EST SOUS VOS YEUX ? OU LES LAISSEZ-VOUS TOUTES MOURIR ? » La voix ne lui dit rien. Les mots, en revanche, touchent son âme avec une violence inouïe. Voilà qui allait provoquer une agitation sans nom. Et l’agitation amène des blessés innocents. Elle le sait : c’est comme ça que sa mère est morte.

Elle se retourne, confuse, cherche la source du chaos naissant, voir qui était à la fois si courageux et si fou. Mais comment trouver ? Comment chercher ? Un petit point dans une foule immense. Tout en noir, elle n’aurait aucun mal à se déplacer dans la foule, se perdre dans la marée monochrome. Et puis une idée encore plus folle lui vient : tout le monde est ici, sans exception. Avec un peu de chance, elle pourrait s’éclipser, prendre la fuite. Plongée dans une projection mentale, elle fait un pas en arrière, bougeant déjà machinalement comme si son esprit et son corps se préparaient déjà à la fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ready
( célébrité ) : dasha sidorchuk
( arrivée à Aberdeen ) : 29/09/2018
( messages ) : 180
( tickets ) : 296
( patronyme ) : Joy Meára
( âge du personnage ) : 25 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la maison des Stagger


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Jeu 18 Oct - 21:43
Mon regard a croisé celui d’une servante en formation. Selyse. J’en suis sûre. Je lui adresse un petit signe de tête en continuant à marcher. C’est long… terriblement long. Je sens la tristesse ramper le long de mes entrailles pour me déchirer de l’intérieur lorsque je vois les cercueils rouges et noirs. J’ai mal. J’ai terriblement mal de voir toute la mort qu’apporte cette société.

Un sanglot me secoue et me glisse derrière un sans rien dire. Comme les autres j’ôte le voile qui couvre mon visage, mais je garde les yeux rivés sur le bois devant moi. Pourquoi les filles ? Pourquoi ? Pourquoi ce système vous a-t-il tué ? Putain ! Vous aviez la vie devant vous ? Vous auriez pu être ce que vous vouliez ! Et pourtant non. Vous avez choisi votre liberté et vous êtes mortes. Putain… Putain de Gilead. Vous n’avez même pas le droit à ce qu’on se souvienne de vos noms. Juste des « Dequelquechose. ». Je hais et maudits Gilead pour ce qu’il vous fait. Peut-être qu’il y avait des Alma, Brianna, June, Moïra, Emilie, Janine… Vos noms les filles, je suis désolée, je ne les connais pas. Mais Thor et Odin les connaissent. Allez en paix les filles. Promis, je vous vengerais. Je suis désolée de ne pas avoir put vous sauver. Je me rattraperais comme je peux.

Un rire éclate et je pivote aussitôt sur mes talons en observant la foule incapable d’y croire alors que mes joues sont couvertes de larmes. Qui ? Qui rit ?! Je reviens à ma pose « naturelle » très vite en voyant l’une des tantes me jette un regard noir. Oups ! Je reporte mon attention sur le cercueil devant moi. Je prends une profonde inspiration et essuie les larmes qui coulent en écoutant vaguement les conneries que sortent les tantes. Vos gueules. Vos gueules ! VOS GUEULES ! Bandes de connasses. Vous vous croyez malignes ? Intelligentes ? Pleines de bons sentiments ? Mais… vous n’êtes que des connasses. Je vous buterais toutes. Toutes sans aucune exceptions. Je vais vous sortir les tripes et vous les faire bouffer. Je garde résolument la tête baissée tout en gardant mon masque de tristesse. À nouveau le rire et cette voix… Que ? Je recule d’un pas et à nouveau je lève le visage vers la foule.

Est-ce que cette voix balance ce qu’on pense toute ? Que ce système est à chier ? C’est l’impression que j’en ai. Je balaie la foule de regard avant que mon regard ne tombe sur @Selyse et Sylvia ou @"Debrandy". Sans attendre je me rapproche d’elles. Je n’ai pas envie de les laisser seules, je me poste près de Selyse, c’est un de mes liens avec mon ancienne vie, elle ne doit pas mourir. Et de là où je suis j’ai un œil sur Sylvia. Qu’est-ce qu’il se passe ? Remarque si dans le grabuge je peux donner un bon coup de quelque chose à un de ceux que je rêve de butter… Je dis pas non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : bene gesserit
( célébrité ) : joel kinnaman
( multicomptes ) : aucun
( arrivée à Aberdeen ) : 30/09/2018
( messages ) : 66
( tickets ) : 87
( patronyme ) : Connor Abernathy
( âge du personnage ) : 35 ans
( emploi ) : gardien de la Foi pour les Stagger
( localisation ) : Aberdeen


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Jeu 18 Oct - 23:10
Connor était conscient de chaque personne se déplaçant autour de lui, la famille Stagger bien sûr, mais également son collègue et ami, l'autre gardien de la famille William. Ils étaient tous deux l'un à côté de l'autre, se tenant derrière les Stagger dans cette longue et morne procession. Il tourna sa tête vers William sans pour autant quitter les Stagger du regard alors que ce dernier lui posait une question, dans un murmure. Connor secoua la tête, entrouvrant ses lèvres pour laisser échapper quelques mots. "Non, et vous ?" murmura t'il en réponse. Connor était certes doué mais il ne se reposait pas sur ses lauriers, et il travaillait de concert avec William, il n'y avait pas de jalousie à avoir entre eux. A quoi bon. "Continuons." reprit il, avant de se redresser alors que l'entrée du cimetière lui apparaissait. Il n'aimait pas venir là, là où se trouvaient tous les morts. Sa mère l'avait bien trop souvent emmené là lorsque son père était mort, chaque semaine après l'église, ils venaient lui rendre "hommage"...Connor n'avait jamais eu besoin d'un lieu spécial pour penser à son père, mais sa mère avait tenu à faire ses visites régulièrement, jusqu'à ce que Connor obtienne son poste et ne puisse venir aussi souvent qu'avant. Il croisa le regard de @Claire Stagger peu avant qu'ils n'entrent. Il appréciait ses conversations avec la jeune femme qui, si elle ne se rebellait pas contre le système montrait néanmoins avoir certaines pensées que beaucoup trouveraient hors de la norme. Et Connor était prudent lors de leurs discussions, tâtant le terrain avec la jeune femme et surtout veillant à ce qu'on ne les surprenne pas...Il hocha la tête légèrement vers elle avant de reporter son regard ailleurs, sur @Camila. La jeune femme était non loin d'eux bien que ne défilant pas à la même place bien qu'elle travaille pour les Stagger depuis plusieurs années. Ils n'échangèrent qu'un regard, aucun mot bien sûr, mais il sembla trouvait en elle l'écho de ce qu'il ressentait sur le moment. Puis ils arrivèrent au cimetière, chacun se plaçant là où il le devait, respectant un protocole que Connor avait de plus en plus de mal à accepter. Une des tantes s'avança, souhaitant aux mortes la paix qu'elles n'avaient pas eu dans ce monde, avant d'énoncer leur noms, leurs faux noms. Connor sentit sa gorge se serrer, à chaque nom prononcé jusqu'à ce qu'un rire se fasse entendre. Il se figea, sa main se posant sur la crosse de son arme, cherchant du regard, et aidé par sa stature, le ou la responsable. Mais le rire s'arrêta et le gardien relâcha son arme. La cérémonie reprit, bientôt interrompue à nouveau par un rire, stoppant net la tante dans son discours. En alerte, Connor échangea un regard avec le @Gardien Joyner et @Gardien Ward ainsi que les quelques autres présents avec eux. Le ou la coupable devait être trouvé et vite. "On regard aux alentours mais on ne s'éloigne pas trop de la famille." annonça Connor à William en murmurant, prenant son arme cette fois avant de faire quelques pas sur le côté, regardant tour à tour les Stagger, puis la foule. Cette voix distordue, Connor essayait d'en trouver la source, le coupable devait être là, toute la ville l'était. Il vit cependant @Camila bouger, faire un pas en arrière. Il fronça des sourcils, ne la pensant pas capable d'un tel acte bien qu'elle se soit rebellée par le passé. Il la regarda quelques secondes, cherchant à accrocher son regard avant de reprendre son observation de la foule, à la recherche d'un objet susceptible de lui désigner un coupable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

may the lord open

avatar

( pseudo ) : demelza
( célébrité ) : Natalie Dormer
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 57
( tickets ) : 66
( patronyme ) : Annabeth Jane Earnshaw
( âge du personnage ) : 33 ans
( emploi ) : servante
( localisation ) : Aberdeen, dans la demeure des Provost


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Sam 20 Oct - 13:22
Je suis toute de noir vêtue. Aujourd’hui était un jour triste, un instant de commémoration pour la mémoire des Servantes tombées. Elles étaient comme moi. Je les avais croisés. Je leurs avais parlés pour la plupart. Elles étaient innocentes. Je peux comprendre leur geste. Elles ont voulu mettre fin à cette vie de peine, faite de viols, de pleurs, d’accouchements et d’abandons. Ces pauvres Servantes n’avaient plus l’espoir d’une vie meilleure, elles ont donc décidé de mourir.
Nous avancions tous vers un même lieu. Le cimetière des Servantes, l’endroit où je finirais sûrement si personne ne met fin à cet Enfer. Je regardais droit devant moi, avant le sentiment d’être un fantôme. Mes compagnes sont à mes côtés, les Tantes nous encadrées, puis il y avait tous les autres, les Gardiens, les Epouses, les Commandants… Nous étions censés être en communion, mais nos sentiments étaient divisés. Tout n’était que silence, mon esprit était concentré sur cette marche, qui prit fin au cimetière. Avec mes compagnes, nous nous mîmes en formation, en cercle autour des cercueils noirs avec une croix rouge de nos anciennes sœurs. Elles devaient être en paix aujourd’hui. Enfin, elles avaient retrouvé la liberté. Ce que je remarquais, c’était que les cercueils étaient anonymes. Nous étions personnes dans la vie, nous demeurons anonymes dans la mort. Puisse les autres se rappeler de nous. Que quelqu’un dans ce monde se souviennent d’elles.
Une Tante s’avança au centre, elle pria pour nos sœurs, elle les nomma, mais de leurs noms d’esclaves, nous étions que des servantes.
Il y eut ensuite un rire. Je ne pus m’empêcher de me détourner de cet instant solennel. Qui avait le courage pour défier l’autorité ? Personne. Silence.
La Tante décida de reprendre la cérémonie, bénissant les Servantes disparues. Il y eut de nouveau un rire, puis des paroles furent proférées, des paroles contre le régime. Les gardiens se déployèrent. J’avais peur. Je pris la main de la jeune femme qui se trouvait à mes côtés et la serrait pour me donner du courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t110-deprovost-dieu-nous-a-abandonne

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Zreyta
( célébrité ) : Nathalie Emmanuel
( arrivée à Aberdeen ) : 05/10/2018
( messages ) : 49
( tickets ) : 120
( patronyme ) : Sylvia Hale
( âge du personnage ) : 28 ans
( emploi ) : Servante
( localisation ) : Dans la demeure Bandry, principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Sam 20 Oct - 17:38


les ombres.
Your body may be gone, I'm gonna carry you in. In my head, in my heart, in my soul. And maybe we'll get lucky and we'll both live again. Well I don't know. I don't know. I don't know. Don't think so.  
La République de Gillead avait beau n'avoir été instaurée que depuis quelques années, elle avait quelque chose d'immuable, une apparente solidité du système, une monotonie à toute épreuve. Il était si rare que les choses dérapent, à Aberdeen. Les suicides de Servantes avaient été un grain dans cette machinerie, et peut-être était-ce la raison pour laquelle tout semblait si... faux, dans cette journée. Ou put-être avait-elle déjà trop pris l'habitude de vivre sous le nouveau régime.

Un ricanement vint troubler le silence.

Debandry  se retourna, incapable de s'en empêcher, et croisa un instant le regard de la Servante qui l'avait bousculée un peu plus tôt avant de scruter le foule derrière elle. Qui riait ? Pourquoi ? Certaines personnes avaient le rire nerveux, mais quelque chose lui disait que ce n'était pas le cas ici... Il y avait quelque chose de presque moqueur dans ce rire, ou du moins, c'est comme ça que ça sonnait aux oreilles de Debandry. Qui ? Elle ne voyait personne. Elle s'attendait à ce que le coupable ne se fasse tirer hors de la foule par un Gardien, mais rien ne se passa. Les spectateurs se regardaient entre eux, mal à l'aises. Avec difficulté, elle reprit sa place... se retournant à nouveau, revenant à son deuil. Seul perturbateur du silence, le rire continua, puis finit par se taire. Qui ? La question resterait sans réponse. La cérémonie recommença...

Pour être à nouveau ébranlée par des cris.

PITOYABLES. PITOYABLES. PITOYABLES. Une voix. Qui était-ce ? Sylvia ne pensait pas la reconnaître. Elle se retourna, encore une fois - l'agitation se rependait à nouveau dans l'assemblée. APPRENDREZ-VOUS À REGARDER LA VÉRITÉ QUAND ELLE EST SOUS VOS YEUX ? Elle frissonna. Qui était-ce ? Qui osait ? Une personne prise d'un coup de folie, incapable de contrôler ses émotions plus longtemps ? Un ennemi de Giléad, essayant d'inciter le peuple à la rébellion ? Ou peut-être était-ce un test, un test créé par l'autorité pour voir la réaction des endeuillés, et essayer de déceler les éventuels dissidents. OU LES LAISSEZ-VOUS TOUTES MOURIR ? Des paroles si dures... Quelles que soient leurs origines, elle secouaient Debandry. Pitoyable. L'était-elle ? Elle chercha les yeux de la fille derrière elle, encore une fois. "Qu'est-ce que c'est ?"

Et puis, parmi toute cette confusion, elle vit apparaître un visage familier, reconnaissable malgré le voile qui le couvrait. Elle en fut reconnaissante : elle ne voulait pas rester seule. Elle regarda autour d'elle, pesant le pour et le contre, et s'approcha d'elle, elle aussi.

-"Joy !"
Elle laissa échapper le nom - le vrai nom, l'ancien nom, le nom interdit - de son amie sans même s'en rendre compte. Aucune des tantes présentes ne semblait y prêter trop d'attention, de toute façon... Dans le trouble général, Sylvia avait presque oublié sa peur de l'autorité. "Qu'est-ce qui se passe ? C'est qui ?" Elle regarda encore derrière elle, scrutant la foule... D'abord pour tenter de trouver le fautif, puis, simplement, pour chercher ses connaissances des yeux, se haussant sur la pointe des pieds pour mieux observer, yeux écarquillés derrière son voile. Camila ? Camila devait être là, parmi les autres Marthes. Elle ne parvint pas à la voir.
event n°1 || it's a sad day

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t200-debandry-sylvia-i-am-gonna-make-it-through-this-year-if-it-kills-me?nid=1#1403

may the lord open

avatar

( pseudo ) : Ludies
( célébrité ) : Alexander Vlahos
( arrivée à Aberdeen ) : 01/09/2018
( messages ) : 447
( tickets ) : 956
( patronyme ) : Gethin Ward
( âge du personnage ) : 26 ans
( emploi ) : Gardien


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 21 Oct - 14:35
Tout se passait plutôt bien pour l’instant, la cérémonie avançait lentement, une Tante disait les noms de chaque femme décédée. C’était bien. Tout était calme, c’était bien.. Jusqu’à ce qu’un rire retentisse, étrange, amusé. Il fronça les sourcils, resserra les mains sur son arme… essayant de comprendre d’où ce rire provenait exactement. Les servantes se retournaient visiblement perplexes, ou inquiètes. Puis une voix retentit. Enigme. Mais il ne savait pas toujours bien, d’où elle pouvait provenir, il jeta un regard sur ses collègues en charge des familles,  puis suivit son binôme habituel à la recherche de qui s’amusait à ça. Peut-être que ce n’était une blague, il fallait l’espérer, sinon cela présageait quelque chose de franchement mauvais… mais une blague ne ressemblait pas à quelque chose comme cela. Personne de sain d’esprit ne s’amuserait à cela… peut-être au final que cela ressemblait à une revendication, ou une protestation, ou quelque chose dans ce genre-là, c’est ce qu’il se dit quand la voix reprit.

Quelqu’un dans la foule était coupable, mais il devait avoir un dispositif particulier, sinon toutes les personnes autour du coupable aurait bien vu qui parlait. Ce discours, était-il un discours de quelqu’un qui était contre tout ça, quelqu’un qui serait implanté à Aberdeen, comme une taupe, ou bien un étranger, nouveau venu, révolté, qui ne se faisait pas à ses nouvelles règles.
Logique. Logique.
Il ne fallait que réfléchir par ce qui était logique.
Plusieurs questions se posaient ? Comment (quel dispositif ?) ? Qui ? Pourquoi ?
Le pourquoi semblait vouloir dénoncer une vérité. Il l’avait dit lui-même, cet inconnu, « regarder la vérité ». Les mots pitoyables avaient un sens totalement négatifs, péjoratifs out comme l’accusation, comme quoi d’autres risquaient de mourir.  Ce qui amenait à une autre question : la voix connaissait-elle d’autres Servantes voulant mourir ? Ou alors est-ce que cela signifiait que ces « suicides » n’en étaient pas un, et qu’un genre de rôdeur, ou de tueur en série, sévissait dans la ville ? Qui ces phrases concernaient-elles exactement, Les gens la ville qui laissaient faire ça ? Les gardiens ? Ou bien les commandants – et leurs familles- ?
Logique. Ou était-elle ? Il y avait bien trop de possibilités pour qu’il arrive à réfléchir réellement pour qu’il puisse arriver à un raisonnement qui se tenait réellement. Alors il devait se concentrer sur la voix. Qu’est-ce qu’ils en savaient ? Que personne ne semblait avoir rien vu dans la foule, qu’on ne savait pas d’où elle provenait ce qui signifiait qu’il y avait probablement un dispositif quelconque, peut-être du matériel venant de l’extérieur de la ville, rentrer clandestinement, peut-être sinon, un genre de mégaphone, utilisé de façon à ce qu’il y ait un écho, pour qu’on ne puisse pas le localiser, cet inconnu.
Ou fallait-il chercher ? A l’intérieur de cette foule ? Ou plus à l’extérieur ? Les deux étaient possibles. Lequel était le plus probable avec ce qu’ils savaient, ce qui avait été dit ? Quelqu’un se cachant (une, plusieurs personnes), assez près pour tout voir, assez près pour que sa voix résonne correctement. Assez près pour que tout le monde cherche, mais pas assez proche pour qu’on l’identifie. Ca n’avait pas l’air d’être un lieu précis, du coup l’intérieur de la foule, bien que possible, n’était pas forcément La solution. Tout dépendait de ce qui était utilisé.

Il faut chercher aussi à l’extérieur, dans un territoire restreint, mais un lieu d’où on peut probablement tous nous surplomber, un lieu d’où on peut nous observer, nous entendre, peut-être quelque chose avec une résonance spécifique, ce qui fait que l’on arrive pas à définir d’où vient exactement la voix. avait-il soufflé aux gardiens qui étaient à côté de lui.

Il n’était pas certain de lui, peut-être qu’il se trompait totalement, mais ce n’était pas quelque chose qu’il fallait quand même laisser de côté. Il fallait tout essayer, de toute manière et face à un adversaire dont on ne connaissait rien raisonner plutôt que foncer semblait plus adéquat.

Et il continu à chercher, à tourner, retourner les phrases dans sa tête, comme si… comme s’il pourrait trouver un autre indice, quelque chose qui lui avait échappé eu premier abord.

_________________
texte texte
Life ain't lived in black and white !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t62-gethin-never-give-up

may the lord open

avatar

( pseudo ) : aslaug.
( célébrité ) : rachel weisz
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 146
( tickets ) : 151
( patronyme ) : Magdalena Stagger
( âge du personnage ) : 50 ans
( emploi ) : épouse de commandant
( localisation ) : quartier rouge principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 21 Oct - 18:32


les ombres

event n°1


C’était durant ces tristes moments que Magda rêvait d’être entourée des siens. Elle les rêvait tous à portée de main, devant elle, leurs mains jointes ensemble. Elle aimait s’appuyer sur eux pour garder sa force et se montrer présente pour eux. Car telle était la réputation des Stagger, de former un tout face au monde extérieur. Mais la famille était éclatée dans la foule cette après-midi et cela lui pesait sur le coeur. Même si elle était parvenue à avoir son fils et trois de ses filles à ses côtés, même si son mari pouvait être libéré de ses fonctions un temps pour se trouver avec le reste des Stagger, leur meute ne serait plus jamais au complet. Plus depuis que Mila s’était enrôlée. Cassandre encore pouvait passer du temps avec eux, même tante elle restait une Stagger. Mais pour Mila il n’en était rien. Elle n’était même plus Mila. Alors lorsque @Claire Stagger fut à portée de main, elle lui saisit la main et la tira jusqu’à elle, en enroulant possessivement son bras autour du sien. Elle sentait son coeur battre plus vite qu’à son habitude et cherchait à dissimuler son malaise. Elle frottait la main de Claire qui tenait son bras. Ce fut plus fort qu’elle et elle demanda si elle avait vu Mila. Mais il n’y avait guère de surprise là, ça n’était pas le cas. Alors les deux Stagger restèrent unies de la sorte, avançant au rythme de la foule, saluant tous ceux qu’elles connaissaient. Et comme à Aberdeen tout le monde se connaissait, cela représentait beaucoup de monde. Claire rompit le silence et sa question troubla l’épouse Stagger. Elle dévisagea une seconde sa deuxième fille, curieuse de savoir de quelle fin elle parlait, et son air angoissait ne l’aidait pas à interpréter correctement sa question. “Il me semble qu’il y en a encore pour un petit moment Claire.” dit-elle d’une voix affectueuse. “Reste avec moi, d’accord ?” Lui proposa-t-elle avec un sourire qui se voulait rassurant.

Elles arrivèrent finalement dans l’enceinte du cimetière et l’ambiance se fit on ne peut plus pesante pour l’épouse Stagger. Elle ne savait plus si elle était un appui pour sa fille, ou si c’était elle qui s’appuyait sur ce bras. Magda avait la tête humblement incliné vers le sol, les yeux presque clos alors qu’une tante rendait hommage aux servantes disparues. Lorsqu’un rire vint résonner dans l’air. Aussitôt, Magda releva le visage et chercha à gauche et à droite pour voir qui pouvait se permettre une telle impolitesse dans un moment pareil. En parallèle, instinctivement, sa prise sur le bras de sa fille s’était resserré. Puis lorsque le rire se transforma en parole, le sang de la mère de famille se glaça. Elle n’en revenait pas de la violence des propos et du manque de respect. Cela lui rappelait ce qu’elle avait vécu quelques années plus tôt en se confrontant à l’autre monde. Elle déglutit avec difficulté et chercha le @gardien Abernathy du regard. Il planait un air de menace. Elle vit alors le gardien réagir comme toujours, spontanément, avec aisance et réactif. La confiance de Magda en lui était la même que celle de son mari, c’était donc dire sans faille. Il trouverait le coupable avec ses hommes, elle le croyait. Sa main retrouva celle de sa fille pour la caresser à nouveau. “C’est honteux, tout bonnement honteux.” dit-elle d’une voix plutôt basse mais s’adressant ouvertement à celles et ceux à ses côtés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t109-magda-l-enfer-est-pave-de-bonnes-intentions

may the lord open

avatar

( pseudo ) : betty.
( célébrité ) : alicia vikander.
( arrivée à Aberdeen ) : 01/10/2018
( messages ) : 273
( tickets ) : 714
( patronyme ) : claire yvonne stagger.
( âge du personnage ) : vingt neuf pétales, dont certains diraient qu'ils sont fanés tant les années s'enfilent telles des perles sur un collier, sans qu'une bague fasse de même à son doigt.
( emploi ) : rien de plus qu'une enfant, proche de sa cuisine et de son potager, qui parmi les stagger remplit bien sa fonction de pot de fleurs.
( localisation ) : probablement dans une serre, à s'évertuer à rendre vert le quartier rouge.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mar 23 Oct - 17:57


≈ ≈ ≈
{les ombres}
crédit/ role play helper tumblr ✰ tc

Si son cœur n'avait été maintenu dans l'obscurité secrète de sa cage thoracique, sûrement les sauts dont il été saisi auraient pu l'en décrocher. Un rire. Quelqu'un avait osé rire. Quelqu'un avait osé se moquer des défuntes dont les corps pétrifiés reposaient dans leurs dernières demeures, prêtes à retourner à la terre qui les avait portées. Seigneur ! Claire se sentit défaillirent. Son cœur battait à tout rompre au rythme des sanglots qui toute entière l'agitaient. « Mère, par le Seigneur ! » s'écria la jeune femme en se serrant davantage contre @Madame Stagger. Elle voulut l'entraîner en avant, traverser l'épaisseur des enveloppes corporelles qui les séparaient des Servantes, pour qu'elles retrouvassent Mila et s'en fussent avec elles. Mais il y avait bien trop de monde. Des visages incrédules se tournaient, se retournaient ; de plates excuses entrecoupées de aïe, de aouch et d'autres ouille alors que chacun cherchait partout l'origine de tout ce raffut. La voix reprit sa tirade, surplombant le vacarme. C'en fut trop pour Claire. Sur la pointe des pieds, elle tenta de se hisser au-dessus de toutes les autres têtes, ne voyant que des chevelures indistinctes. « Taisez-vous ! Taisez-vous ! » hurla-t-elle. « N'avez-vous donc aucun respect pour la vie ?! N'avez-vous donc aucun respect pour Ses Créatures ?! » Si sa mère avait préféré une approche discrète, pestant contre l'intrus à voix basse aux gardiens qui les entouraient encore, Claire elle, n'avait pu retenir son cri du cœur. Quand bien ce dernier venait de se briser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t176-claire-like-a-flower-made-of-iron#1016

may the lord open

avatar

( pseudo ) : caroline, linoa
( célébrité ) : finn jones
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 94
( tickets ) : 123
( patronyme ) : william joyner
( âge du personnage ) : 31 ans
( emploi ) : gardien pour la famille Stagger


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mer 24 Oct - 10:51

event 1
ombres

William aurait dû se douter que les choses ne se passeraient pas aussi bien qu’il l’espérait. Quelque chose se trame dans l’ombre, il en avait toujours eu le pressentiment. Quand le rire retentit, venu de nulle part, peut-être des profondeurs de la terre ou alors du ciel, il commença par sursauter, mais retrouva bien vite ses réflexes pour chercher d’où il pouvait provenir. Et puis ces mots, ces mots eux aussi sortis d’on ne sait où, des mots scandés, martelés comme une vengeance, des mots qu’il ne comprenait pas, mais ils devaient évoquer les Servantes, forcément. William frissonna, bien conscient qu’un jour ou l’autre, ils auront tous à répondre de leurs actes. Le sang des martyrs avait déjà coulé et coulera encore en creusant de profonds sillons dans la terre. Aussitôt, ce fut comme si la procession s’éveillait enfin, le chaos s’installa et William, les lèvres serrées, se rapprocha davantage des Stagger pour assurer leur protection. Il aurait voulu s’assurer que Noa allait bien, mais ce n’était pas sa mission. Approuvant d’un hochement de la tête face à l’ordre du @Gardien Abernathy, plus haut gradé chez les Gardiens de la Famille Stagger, William s’empressa de fouiller dans les environs, mais il ne voyait rien. « Ça devait venir de la procession, je ne vois pas d’autre hypothèse » mais qui ? Une servante ? Un gardien ? Pire encore ? On ne pouvait même pas savoir si la voix était pour ou contre le régime, s’il souhaitait sa chute ou au contraire s’il était pour le régime et contre le suicide de toutes ces Servantes. Il entendit la voix du Gardien Ward suggérer que la voix puisse venir de l’extérieur, et alors qu’il s’apprêtait à le rejoindre pour fouiller dans les alentours, la voix de @Claire Stagger l'empêcha de bouger. Elle semblait être devenue hystérique, elle hurlait maintenant, mais contre qui ? Aussitôt, William s’approcha d’elle et lui souffla « Calmez-vous, mademoiselle. Nous allons découvrir qui a osé dire ça » il craignait qu’en faisant trop de vagues, en se manifestant de la sorte, elle n’attire l’attention sur la famille Stagger et donc, sur tous ceux qui gravitaient autour. Or, William savait bien que la meilleure façon de rester en vie, c’était la discrétion. Dans le fond, il était plutôt heureux de ce qui était arrivé, que quelqu’un se lève ainsi contre le système, que quelqu’un dénonce l’innommable tandis que d’autres restaient à terre, c’était grisant. Mais lui, il n’était pas encore prêt, il ne le serait peut-être jamais.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t111-et-les-presents-jamais-ne-durent-william#242

may the lord open

avatar

( pseudo ) : ODAYA OCHAVEN. ou Flo.
( célébrité ) : Rosie Tupper
( arrivée à Aberdeen ) : 29/08/2018
( messages ) : 615
( tickets ) : 891
( patronyme ) : Noa Rose. Rien de bien original.
( âge du personnage ) : 25 ans.
( emploi ) : Aucun. Elle est l'épouse d'un gardien, c'est suffisant.
( localisation ) : A l'Eglise, chez lui.


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Dim 28 Oct - 10:34

les ombres
under his eye


La peur. Voilà ce qui la prenait au coeur directement. La peur, l'incompréhension. Que se passait-il ? Qui osait s'en prendre à une telle cérémonie ? Qui osait violer l'intimité du repos éternel de femmes qui s'étaient données au système ? Elle ne comprenait pas. Pire même, elle avait honte de cette façon de se comporter, honte de se dire qu'un homme - sans doute - avait pu se comporter de la sorte. Pourquoi ? En quoi c'était justifié ? Quel était l'intérêt ? Et surtout, pourquoi maintenant ? Pourquoi lors de cet événement ? N'était-ce pas assez difficile pour tout le monde ?

Non était perdue. Pire. Elle était tétanisée. Tout son corps se refusait à comprendre ce qu'il se passait. tout son corps se braquait contre l'évidence qui se dessinait dans son cerveau, dans son esprit. Quelqu'un s'en prenait à eux. Quelqu'un se rebellait. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Sous quelle base ? Elle était, comme le voulait la tradition, non loin de la famille Stagger qui lui permettait d'avoir la vie qu'elle menait, malgré la présence de son époux qui lui était en service, elle ne se sentait pas du tout rassurée. Ni même protégée. Elle entendit Claire, sa plus proche amie, s'énerver et elle la comprenait totalement. Sa réaction résonnait au fond d'elle-même et la tétanisait sur place. Qu'allait-il devenir de ses proches, de ses amis ? De sa famille ? Est-ce que son époux était en danger ?

Et sans s'en rendre compte, sans même le comprendre, le corps de Noa devint celui d'une poupée difforme, sans vie.

Noa s'évanouit.

_________________


a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but now we are. And now we have to deal with it.

#cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t37-douce-enfant-que-deviens-tu-noa

may the lord open

avatar

( pseudo ) : aslaug.
( célébrité ) : rachel weisz
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 146
( tickets ) : 151
( patronyme ) : Magdalena Stagger
( âge du personnage ) : 50 ans
( emploi ) : épouse de commandant
( localisation ) : quartier rouge principalement


Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le Mer 31 Oct - 18:21


les ombres

event n°1


Tout le corps de Magdalena réagissait à l’ambiance lourde qui pesait soudainement dans la foule. Elle avait embrassé pleinement le deuil et voilà que quelqu’un s’en moquait, que quelqu’un tentait de ridiculiser leur cérémonie. C’était un mélange de colère et d’angoisse qui avait envahit la Stagger. Sa colonne s’était glacée jusqu’à la moelle, non sans lui rappeler l’expérience qu’elle avait vécu lors de son voyage hors d’Aberdeen et qu’elle avait fait face à la haine des sceptiques des Fils de Jacob. Mais cela la révoltait également qu’on puisse chercher à leur nuire de la sorte, alors qu’ils vivaient un, même plusieurs drames. Qui était cette personne pour oser se moquer du sacrifice des Servantes ? Un suicide était un péché d’orgueil, mais il fallait pardonner aux jeunes femmes de s’être tromper, il fallait faire en sorte que leur peine cesse et que leurs âmes puissent rejoindre leur Seigneur, Lui qui est si bon. Puisque le Centre Rouge et leur mission auprès des Commandants d’Aberdeen n’avait pas suffit à cela, il fallait prier pour que cette issue leur offre la paix recherchée.

Cependant, Magda ne s’était pas attendue à une telle réaction de sa fille Claire Stagger. La jeune femme délicate, toujours discrète et réservée s’était elle aussi sentie insultée par les propos de la voix inconnue. Elle la vit tenter de sortir de la marée humaine puis s’adresser de sa voix fébrile mais pleine d’émotion à cet intrus, à cet ennemi. Même si la mère approuvait tous les propos que sa fille venait de tenir, la tension ultime dans laquelle elle se trouvait l’inquiétait. Elle fit donc un nouveau pas vers elle pour lui prendre le bras. “Claire.” dit-elle affectueusement pour chercher à capter son attention. “Doucement ma chérie…” dit-elle en frottant doucement la cape qui couvrait le bras menu de la jeune femme. Néanmoins, l’élan de sa deuxième fille lui avait donné un nouveau courage. “Montrez-vous plutôt que de jouer ainsi dans l’ombre, et présentez vos hommages à nos servantes !” cria-t-elle à son tour au reste de la foule, avec fermeté.

Un nouveau mouvement de foule non loin d’elle laissa penser à Magda que l’inconnu s’avancer pour se dévoiler ou qu’un des gardiens était parvenu à l’identifier, mais après quelques nouveaux murmures, elle comprit que c’était la jeune Noa, qui logeait sous son toit, qui venait de se faire dépasser par l’émotion et qui venait de s’évanouir. “Il nous faut un médecin, vite !” cria-t-elle à nouveau, en passant devant les quelques personnes qui la séparaient de Noa, traînant toujours sa fille derrière elle sans s’en rendre compte, puis s’accroupit auprès de la jeune épouse du Gardien Joyner pour tenter de lui venir en aide.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t109-magda-l-enfer-est-pave-de-bonnes-intentions

Contenu sponsorisé
may the lord open




Event n°1 ◊ ombres
par Auteur le
Revenir en haut Aller en bas
 
Event n°1 ◊ ombres
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Château des Ombres
» "Le livre des ombres" de C.L. Grace
» Fards à paupières MAC PRO
» quelles couleurs de fards à paupières pour les yeux bleus
» Swatch Fards à paupières Bourjois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aberdeen :: Partie évents-
Sauter vers: