AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 


 Des aiguilles et des questions {Noa}
under his eye

 :: Aberdeen :: Quartier Rouge :: Résidence Stagger

may the lord open

avatar

( pseudo ) : aslaug.
( célébrité ) : rachel weisz
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 146
( tickets ) : 151
( patronyme ) : Magdalena Stagger
( âge du personnage ) : 50 ans
( emploi ) : épouse de commandant
( localisation ) : quartier rouge principalement


Des aiguilles et des questions {Noa}
par Auteur le Mer 3 Oct - 22:28


des aiguilles et des questions

madame stagger & noa joyner


Après le repas, la résidence des Stagger s’était vidée. A vrai dire, elle n’avait pas été bien pleine non plus. Pas comme elle avait pu l’être par le passé. Le contexte actuel faisait que père et fils étaient bien trop occupés pour venir partager le déjeuner avec le reste de la famille, et cela avait tendance à s’appliquer de plus en plus au dîner, au plus grand désespoir de Magdalena. Et puis il y avait ces deux filles qui avaient choisi des voix différentes, pour embrasser au mieux leur nom et leur devoir. L’épouse Stagger avait donc pu compter sur ses deux filles restantes, pour ne pas manger seule ce midi-là, mais chacune d’entre elles avaient finalement dû vaquer à leurs propres occupations, une fois le repas passé. Magdalena se rendait souvent au centre, mais pas quotidiennement. Ils n’avaient pas toujours besoin d’elle sur place, les tantes étaient là pour ça. Et elle ne pouvait décemment pas demander à voir Mila tous les jours, malgré son nom, elle savait qu’on finirait par le lui refuser. Ca n’était pas pour rien qu’aux yeux de la société, leur petite dernière n’était plus considérée comme une Stagger, mais simplement comme Hestia à présent. Elle ne pouvait pas sans cesse la ramener à cette vie précédente, pas maintenant qu’elle faisait le sacrifice honorable de tout abandonner pour rejoindre la communauté des servantes. Elle mettait ses dons à disposition d’une grande cause et Magda ne pouvait décemment pas la freiner sur cette voie.

Naturellement, trahissant l’habitude et le rituel de sa vie, Magda s’était rendue dans le salon. Ouvrant le coffret de bois lustré, elle avait récupéré ses aiguilles, sa laine et l’ouvrage débuté la veille. Et puis comme toujours, elle s’était installée dans le fauteuil près de la fenêtre qui donnait sur la cour de leur maison, lui permettant ainsi de jeter un oeil de temps à autre à ce qu’il se passait au dehors, aux mouvements cycliques des gardiens, bercée par le bruit des aiguilles qui s’entrechoquaient au fur et à mesure que ses points de laine progressaient par ligne. Après un moment, lassée par ce silence, l’épouse Stagger finit par relever la tête à la recherche du gardien qui se tenait à la limite de la pièce, vers l’accès au couloir d’entrée. Elle n’eut même pas à l'interpeller qu’il sut à son attitude qu’elle avait quelque chose à lui dire et s’approcha d’un pas. “Est-ce que Noa est chez elle ?” demanda-t-elle d’une voix détachée. Comme le gardien hocha vivement la tête, elle reprit aussitôt. “Pouvez-vous lui faire savoir que si elle le souhaite, elle peut me rejoindre dans le salon ?” Comme le garde se préparer à faire volte face, elle s’empressa d’ajouter “À votre retour, pourrez-vous demander à Camila de nous préparer un peu de thé avec quelques biscuits ? Merci.” Et comme il n’y avait aucune réponse à attendre de la part du gardien, elle concentra à nouveau toute son attention sur son ouvrage, attendant l’arrivée de la jeune épouse Joyner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t109-magda-l-enfer-est-pave-de-bonnes-intentions

may the lord open

avatar

( pseudo ) : ODAYA OCHAVEN. ou Flo.
( célébrité ) : Rosie Tupper
( arrivée à Aberdeen ) : 29/08/2018
( messages ) : 615
( tickets ) : 891
( patronyme ) : Noa Rose. Rien de bien original.
( âge du personnage ) : 25 ans.
( emploi ) : Aucun. Elle est l'épouse d'un gardien, c'est suffisant.
( localisation ) : A l'Eglise, chez lui.


Des aiguilles et des questions {Noa}
par Auteur le Sam 6 Oct - 8:53

rencontre matinale


Est-ce qu’il arrivait à Noa de s’ennuyer ? Elle-même ne le savait pas vraiment. Ses journées, rythmées presque à la minute près lui permettaient de se complaire dans une routine rassurante. Elle savait ce qu’elle devait faire, où, avec qui, à quelle heure, à quel endroit et ça lui plaisait énormément. Alors, certes, tous les jours elle préparait le repas, tous les jours elle profitait du silence de leur demeure pour nettoyer, ranger, dépoussiérer, repasser et faire toutes les tâches ménagères possibles et envisageables. Parfois, elle profitait du petit jardin, à côté de leur maisonnée, pour faire quelque chose de différent. A d’autres moments, elle attrapait ses aiguilles à tricoter et faisait des écharpes pour le Quartier Ocre et ses enfants en manque de parents. Et puis, quand tout ceci ne lui donnait pas envie, elle réalisait des broderies, ou des petits bijoux tressés qui, eux aussi, étaient à destination des Servantes ou alors du quartier Ocre, ou parfois, simplement aux œuvres de charité détenues par les Fils de Jacob.
En soit, elle ne savait pas vraiment où allaient ses créations, puisqu’elle ne faisait que les faire et les remettre aux personnes concernées, mais elle faisait éperdument confiance au système et ne se doutait pas du tout qu’il puisse y avoir, quelque part, quelqu’un de mal intentionné ou désireux de mentir, de cacher une vérité. C’était une conception qui n’avait jamais existé dans son milieu, ni même jamais été envisagée. Alors, ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait créer ou se représenter. Peut être même que le mot « mentir » ou « tromper » ne faisait pas partie de son vocabulaire. Une éducation qui, en tout cas, avait tout fait pour la tenir éloignée de telles notions.

Ce jour-là, c’était une matinée calme et reposante, où Noa avait prit le temps de faire tout ce qu’elle voulait, au rythme qu’elle le souhaitait. Elle n’était pas sortie faire des courses, puisqu’elle avait tout ce dont elle avait besoin. N’ayant donc aucune sortie de prévue, elle resta dans sa petite maisonnée, heureuse de profiter d’un endroit calme, propre, à elle. Ses parents lui manquaient, comme l’odeur de la cuisine où sa mère faisait toujours de très bons petits plats. Son père et l’odeur de la ferme également, mais c’était désormais des souvenirs qu’elle portait près d’elle, ravie de les avoir vécus. Elle ne doutait pas de pouvoir encore les croiser et, d’ailleurs, songea qu’elle devait demander à William s’ils ne pouvaient pas les inviter pour diner. Elle se devrait également d’en parler à Madame Stagger, puisqu’évidemment leur demeure se trouvait sur le terrain de la famille. C’était donc logique, pour elle en tout cas, de leur demander – à tous les deux, la permission. C’était une bonne nouvelle, elle avait quelque chose à préparer pour les jours qui viendraient, elle pourrait donc se divertir autrement. Pas qu’elle en ressente le besoin, évidemment, mais elle appréciait de pouvoir se consacrer à une tâche qu’elle n’avait pas encore faite. Puis, alors qu’elle venait de terminer de ranger son repas de midi, simple, mais bon, un Gardien frappa à la porte de sa demeure. Il s’agissait de l’un des hommes de la famille Stagger. A sa demande, ou plutôt à celle de Madame Stagger, elle répondit positivement. Attrapant sa cape, qu’elle mit par-dessus sa robe blanche, elle prit également une écharpe, anthracite, sa paire de gants et referma derrière elle la porte de sa maison. Nul besoin de la fermer à clé, puisqu’elle était bien surveillée. Et puis, de toute façon, qui pourrait donc leur vouloir du mal à Aberdeen ?
Elle suivit le gardien jusqu’au salon de la demeure Stagger. Elle posa en cours de route sa cape sur le portant dans la véranda, y laissant également son écharpe et sa paire de gants. Essuyant convenablement ses chaussures sur le paillasson, elle passa la porte d’entrée, un sourire poli sur les lèvres. « Béni soit le fruit, Madame Stagger. » Commença-t-elle, ravie de pouvoir être présente. « Je vous remercie pour l’invitation. » Bien élevée et polie, Noa ne voulait surtout pas faire défaut à l’éducation de ses parents. Après tout, sans la famille Stagger, il est presque certain que la jeune femme n’aurait pas eu la chance qu’elle avait aujourd’hui et donc la vie qu’elle menait. Une chance qu’elle mesurait au quotidien.  

_________________


a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but now we are. And now we have to deal with it.

#cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t37-douce-enfant-que-deviens-tu-noa

may the lord open

avatar

( pseudo ) : aslaug.
( célébrité ) : rachel weisz
( arrivée à Aberdeen ) : 28/09/2018
( messages ) : 146
( tickets ) : 151
( patronyme ) : Magdalena Stagger
( âge du personnage ) : 50 ans
( emploi ) : épouse de commandant
( localisation ) : quartier rouge principalement


Des aiguilles et des questions {Noa}
par Auteur le Dim 14 Oct - 21:15


des aiguilles et des questions

madame stagger & noa joyner


Quelques minutes passèrent entre le moment où Magda avait envoyé le gardien chercher la jeune Noa, et le moment où enfin elle entendit du bruit dans le couloir d’à côté, qui annonçait son arrivée dans la maison. Durant ce petit laps de temps, Magda avait continué d’avancer son ouvrage sans se questionner. C’était un vêtement d’enfant qu’elle ne tarderait pas à terminer. Elle espérait surtout pouvoir l’offrir à l’épouse du gardien Joyner. Un an après leur mariage, elle espérait que le couple puisse être aussi béni que le sien l’avait été après son mariage. Naïvement, elle voulait croire que préparer l’arrivée du bébé aiderait à mettre les choses en marche et Dieu de leur côté pour sa bénédiction. Elle ne cessa de tricoter que lorsqu’elle entendit les talons résonner sur le parquet du salon. Elle posa l’entremêlage de laine sur l’accoudoir de son fauteuil pour libérer ses mains et se redresser vers sa convive. “Puisse le Seigneur ouvrir.” répondit-elle à Noa avec un doux sourire sur les lèvres. L’injonction de politesse était d’autant plus vrai à présent. “Mais je vous en prie Noa, c’est toujours un plaisir pour moi de passer du temps en votre compagnie. J’espère que cela est réciproque.” conclut-elle, les mains gracieusement jointes au niveau de sa taille.

Elle les décroisa finalement pour désigner les fauteuils et canapés qui s’offraient à elle. “Je vous en prie, asseyez-vous. Du thé ne devrait pas tarder à arriver, j’espère que cela vous convient ?” Sans attendre la réponse de la jeune Joyner, Magdalena reprit sa place, reprenant son ouvrage, plus enjouée que les minutes précédentes. “Sur quoi allez-vous travailler aujourd’hui ?” demanda-t-elle avec un réel intérêt pour la réponse. Mais l’épouse n’eut pas le temps de dire ouf, qu’une Martha pénétrait discrètement dans la pièce pour poser sur la grande table passe, ce qui lui avait été demandé. “Merci.” dit simplement Magda à son attention. Avec ce simple mot, il était clair pour la jeune femme qu’elle n’attendait plus rien d’autre d’elle et qu’elle pouvait donc disposer. “Vous disiez Noa, pardon ?” reprit-elle en observant la jeune femme au travers du nuage de vapeur provoqué par l’eau bouillante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t109-magda-l-enfer-est-pave-de-bonnes-intentions

may the lord open

avatar

( pseudo ) : ODAYA OCHAVEN. ou Flo.
( célébrité ) : Rosie Tupper
( arrivée à Aberdeen ) : 29/08/2018
( messages ) : 615
( tickets ) : 891
( patronyme ) : Noa Rose. Rien de bien original.
( âge du personnage ) : 25 ans.
( emploi ) : Aucun. Elle est l'épouse d'un gardien, c'est suffisant.
( localisation ) : A l'Eglise, chez lui.


Des aiguilles et des questions {Noa}
par Auteur le Ven 2 Nov - 11:14

rencontre matinale


C’était toujours étrange de faire partie de la vie de quelqu’un. Étrange, parce que Noa, de toute sa vie, n’avait fait partie que de l’existence de ses parents. Jusqu’à son mariage, elle n’avait fréquenté que les gens de son quartier, croisé que rarement des Grands de ce Monde (entendre par là les Commandants et leurs familles) et ne pensait pas, un jour, finir sous le toit d’une de ces familles. Oh, bien sûr, elle savait pertinemment qu’elle allait être mariée à un homme. Et, elle l’avait secrètement espéré, un homme qui serait un bon parti. Mais de là à être offerte à un Gardien ? Jamais. Bien trop humble pour ça, Noa n’aurait jamais imaginé que ça puisse être sa chance, sa destinée. Chaque jour que Dieu faisait, elle remerciait les Stagger pour lui avoir offert la vie qu’elle menait, pour lui avoir donné la chance de vivre dans une aussi belle demeure. Alors, évidemment, chaque jour, elle participait à la vie de la maisonnée. Qu’elle aide les Marthas à faire leurs courses, qu’elle veille sur la Servante et sa possible grossesse, ou qu’elle aide Madame Stagger dans son jardinage, tout était bon pour qu’elle participe à la vie de la maisonnée. Noa ne reculerait devant rien pour faire ses preuves et pour s’immiscer parfaitement dans la vie de la demeure, sans jamais gêner son fonctionnement. En tout cas, elle l’espérait. C’était important, pour elle, pour son mariage, pour leur future vie de famille. Après tout, dès qu’elle tomberait enceinte, leurs enfants viveront sur le territoire de la demeure Stagger, jusqu’à ce qu’ils – à leur tour – deviennent des adultes et mènent leur propre vie. C’était une chance inouïe. Un bonheur quotidien. Alors, évidemment, elle ne voulait pas le gâcher. Ni même risquer de faire un mauvais pas, ou pire, une erreur.

Aisni, à chaque fois que Madame Stagger demandait à Noa de venir, elle acceptait. Elle accourait presque, désireuse de se faire bien voir et craignant d’arriver en retard (alors qu’lele n’avait que quelques mètres, tout au plus, à faire). Bien sûr, elle avait la chance de vivre à côté et de très bien s’entendre avec Claire, la fille du Commandant et de son épouse, mais c’était toujours un honneur d’être au côté de la mère, de Madame Stagger. Un honneur qu’elle chérissait comme l’on pouvait chérir toutes belles choses. Avec minutie, délicatesse et une grande touche de bonté. Elle était comme ça Noa, reconnaissante. De tout. Même de cette fleur qui poussait dans son jardin, ou de cette tasse de thé échangée lors d’une douce journée. La jeune femme n’avait besoin de rien d’autre. Oh non, jamais. « Oh oui Madame. » Elle laissa un sourire s’épanouir sur son visage. « Je me plais beaucoup à vos côtés, merci. » Un merci à double sens, merci de l’inviter boire un verre aujourd’hui, mais merci aussi de l’avoir invité sous votre toit. Il y a de cela près d’un an désormais. Un toit qu’elle n’aurait jamais pu espérer vu son humble naissance.

La Mère lui montra les fauteuils et, sans se faire prier, la jeune femme vient s’y asseoir. En toute grâce, ramenant ses jupons vers elle, de telle sorte à ne pas faire de bêtises, à ne pas s’asseoir à côté, ou pire, à laisser voire des parties de son corps réservées au Seigneur. D’une douceur inouïe, elle s’installa sans bruit sur le fauteuil, les chevilles croisées et les mains posées sur sa jupe. « C’est très bien merci. » Non seulement ça ne lui viendrait pas à l’idée de contester une décision de la femme de la demeure, mais en plus, elle adorait le thé. « J’avoue avoir un petit pêché mignon pour votre thé. » Ajouta-t-elle, le rouge lui montant légèrement aux joues, comme un aveu secret qu’elle révélait à la femme en face d’elle. « Oh rien de bien délicat. J’ai nettoyé ma demeure, le Gardien Joyner ayant la fâcheuse habitude de laisser ses bottes trainer dans le salon. » Elle gloussa. Ce n’était en rien un reproche, juste une petite manie de son époux, qu’elle se devait de nettoyer. « Puis, j’ai préparé le repas. » Elle poursuivit. « D’ailleurs, je trouve qu’il est difficile en ce moment de trouver une bonne viande, vous ne trouvez pas ? J’ai toujours du mal à avoir quelque chose de tendre et savoureux. » Enfin, ce n’était pas un reproche, mais une simple difficulté. Avec la guerre et la pollution, il était désormais difficile de se nourrir décemment. « J’étais en train de penser quand vous m’avez appelé. » Elle sourit. « Et vous ? » Se permit-elle de demander, non pas par curiosité, mais par profonde politesse. « Oh, je me demandais ce que vous aviez fait ce matin. » Reprit-elle, cette fois-ci piquée par un fard. Avait-elle fait une bêtise ? Ou dit quelque chose qu’elle n’aurait pas dû ?

_________________


a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but now we are. And now we have to deal with it.

#cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://praisedbe.forumactif.com/t37-douce-enfant-que-deviens-tu-noa

Contenu sponsorisé
may the lord open




Des aiguilles et des questions {Noa}
par Auteur le
Revenir en haut Aller en bas
 
Des aiguilles et des questions {Noa}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel impot expert...petites questions
» Questions sur la vie apres la mort
» questions sur les garderies en milieu familial
» questions sur la prématernelle et les garderies privées
» questions impots !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aberdeen :: Quartier Rouge :: Résidence Stagger-
Sauter vers: